Qui sont les Français anti-mariage gay ?

  • A
  • A
Qui sont les Français anti-mariage gay ?
@ REUTERS
Partagez sur :

PORTRAIT ROBOT - Si vous êtes âgé, croyant et un homme, vous serez peut-être dans la rue dimanche.

Dimanche sera le grand jour de mobilisation pour les opposants au projet de loi sur le mariage pour tous. Qui sont-ils ? En voici un profil-type, établi à partir de sondages de l'Ifop réalisés pour Pèlerin Magazine depuis l'été dernier, dont le dernier a été publié cette semaine.

Les seniors. Plus les personnes interrogées sont âgées, plus elles sont opposées au mariage gay. 62% des plus de 65 ans n'y sont pas favorables, contre seulement 25% des moins de 35 ans. On retrouve le même clivage générationnel sur le sujet de l'adoption : 73% des plus de 65 ans y sont opposés, contre 38% des moins de 25 ans.

Les croyants. 59% des catholiques pratiquants et 44% des non pratiquants se disent opposés au mariage homosexuel. Les croyants d'autres religions sont 53% à refuser également le projet de loi. En revanche, les personnes se désignant sans religion ne sont que 24% à s'y opposer. Le droit à l'adoption par des couples homosexuels et celui à l'insémination artificielle rencontrent également une opposition massive des catholiques pratiquants (respectivement 70% et 69%)

Les sympathisants de l'UMP. Les sympathisants de gauche sont, sans surprise, les plus favorables au projet de loi gouvernemental. En moyenne, depuis l'été dernier, 80% d'entre eux le soutiennent, contre 47% des sympathisants FN. Le mariage gay remporte en fait le moins d'adhésion auprès des sympathisants de l'UMP : seulement 39% d'entre eux soutiennent le projet. Ce sont également les moins favorables à l'adoption d'enfants par des couples homosexuels (26%, contre 67% à gauche et une moyenne de 48% pour l'ensemble des Français).

Les hommes. Le projet de mariage pour tous trouve moins de soutien auprès des hommes : 56% y sont favorables contre 62% des femmes. Même division sur l'adoption et l'insémination artificielle pour les homosexuelles : 41% des hommes y sont favorables, contre 51% des femmes.