Qui es-tu Villeneuve-sur-Lot ?

  • A
  • A
Qui es-tu Villeneuve-sur-Lot ?
Partagez sur :

AUTOPORTRAIT - Cette ville du Lot-et-Garonne s'est fait connaître par Jérôme Cahuzac.

L'histoire de la ville du Lot-et-Garonne est plus que jamais associée à Jérôme Cahuzac. A trois jours du second tour de l'élection législative partielle qui oppose l'UMP Jean-Louis Costes à Etienne Bousquet-Cassagne, Europe1.fr s'est intéressé de près à Villeneuve-sur-Lot. Portrait à la première personne.

Discrète sur les réseaux. "Comme vous avez sans doute pu le constater, je ne suis pas très branchée réseaux sociaux. Je n'ai ni compte Twitter, ni page Facebook officielle. Mais certains s'en sont chargés pour moi ! Une rapide recherche sur Topsy permet de voir que mon nom est quasi-exclusivement associé à Jérôme Cahuzac (image ci-dessous). Durant le mois passé, mon nom n'a presque jamais été cité sur Twitter, sauf à l'approche de l'élection législative. Et comme je dois un peu ma reconnaissance nationale à l'ancien ministre, j'ai pris soin de ne jamais le dépasser.

courbe

© Capture Topsy

Cahuzac, émoi, et moi. Avant d'offrir ma circonscription à Jean-Louis Costes ou au candidat FN Etienne Bousquet-Cassagne dimanche, j'ai vécu une longue histoire d'amour avec Jérôme Cahuzac, ce socialiste du pays qui sut conquérir ma mairie un soir de printemps 2001. Je l'avais déjà repéré lorsqu'il s'installa dans la circonscription en 1997. Jusqu'en 2012, nous avons vécus une histoire forte, passionnelle. Ses déplacements permanents à la capitale n'ont pas altéré notre relation, même s'il a été obligé de m'abandonner à Patrick Cassany quand il prit son maroquin ministériel en mai 2012.

Toujours proche, nous nous sommes considérablement fâché avec la révélation de son compte caché en Suisse. Mes habitants et moi nous sommes sentis trahis. Et nous l'avons fait savoir au Parti socialiste, qui a vu son candidat (Bernard Barral) se faire éjecter du second tour de l'élection législative partielle dimanche dernier.

Aurait-ce été pareil si Jérôme Cahuzac était revenu se présenter devant les électeurs ? Bonne question. J'ai bien senti, mi-mai, sa tentative de séduction. J'ai bien vu la maladroite entreprise de drague qu'il a lancée un dimanche matin sur le marché, place Lafayette. Mais c'était trop tard. Il avait annoncé un mois plus tôt qu'il abandonnait son siège de député, et même qu'il renoncerait sans doute définitivement à la politique. Et ça, on y avait cru.

Aujourd'hui, Jérôme Cahuzac se fait discret dans la ville, où les menteurs sont traités de "Cahuzac" dans les cours d'écoles. Il préfère vivre au jour le jour à Paris, loin de l'agitation villeneuvoise.

Situation géographique. "Je fête cette année mes 760 ans, toujours ancrée dans l'Agenais, entre Bordeaux et Toulouse. Les Villeneuvois - qui m'habitent - sont de plus en plus nombreux. Ils étaient 12.000 en 1931, 17.000 en 1962 et plus de 23.000 aujourd'hui. Cet accroissement notable de ma population est dû en partie à l'attractivité économique de mon bassin. Le Lot, qui me traverse d'Est en Ouest, m'a toujours offert une fenêtre ouverte vers l'extérieur, d'où je peux 'importer' des produits d'ailleurs et 'exporter' les miens, et notamment les pruneaux, ma spécialité. Un commerce qui marche plutôt bien, puisque mes habitants vivent assez bien, avec un revenu net annuel moyen de 18.000 euros, soit un peu plus de 1.500 euros nets mensuels.

Les stars et moi. Depuis ma naissance, j'en ai vu passer des vedettes. Le réalisateur André Téchiné, né pas loin à Valence-d'Agen, est venu tourner chez moi son film Les Roseaux sauvages en 1994, un film récompensé par les César du meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario et meilleur espoir féminin (Elodie Bouchez). Chimène Badi, la chanteuse découverte par Popstars, a elle passé une grande partie de sa jeunesse à arpenter mes rues avant d'éclater au grand jour avec Entre nous, il y a dix ans. Une chanson qui symbolise parfaitement ma relation à Jérôme."