Que s'est-il vraiment passé à Penly ?

  • A
  • A
Que s'est-il vraiment passé à Penly ?
Le réseau Sortir du nucléaire dénonce l'opacité autour de l'incident survenu le 5 avril à la centrale de Penly.@ MAX PPP
Partagez sur :

Le réseau Sortir du nucléaire dénonce l'opacité autour de l'incident survenu le 5 avril à la centrale.

Une semaine après l'incident à la centrale nucléaire de Penly, en Seine-Maritime, le réseau Sortir du nucléaire regrette le peu d'informations communiquées par la direction d'EDF. Il demande "que toute la lumière soit faite sur les causes réelles de l'accident". De son côté, l'électricien assure que l'accident n'a pas fait de dégâts dans la nature.

Que reproche Sortir du nucléaire ?

Le réseau anti-nucléaire "dénonce l'opacité d'EDF" et estime que "l'étendue réelle de l'accident reste encore inconnue". "Les informations publiées jusqu'ici restent encore insuffisantes pour comprendre l'origine et les conséquences réelles de ce qui s'est passé à Penly", affirme Sortir du nucléaire.

Selon l'organisation écologiste, "en évoquant une situation sous contrôle, EDF passe sous silence les imprévus survenus lors d'une tentative pour limiter la sollicitation de la pompe fuyarde en faisant appel à deux vannes qui ont refusé d'obéir". "Par ailleurs, aucune donnée n'a été publiée sur l'exposition des travailleurs et des pompiers, et sur l'irradiation externe qu'ils ont pu subir", ajoute le réseau.

Quelle est la position d'EDF ?

Le PDG d'EDF, Henri Proglio, a assuré jeudi que l'incident n'avait eu "aucune conséquence au niveau environnemental". Selon Henri Proglio, il s'agit d'un "incident technique", bien qu'il soit "qualifié d'accident dans la terminologie interne de l'ASN". "C'est un problème de fuite sur une vanne, qui a été immédiatement réglé. Le sujet est parfaitement maîtrisé depuis la première heure", a-t-il expliqué.

Que dit l'Autorité de sûreté nucléaire ?

L'ASN, qui a classé l'incident du 5 avril au niveau 1 (sur une échelle qui va jusqu'à 7), a jugé conformes la stratégie et les procédures appliquées par les équipes de la centrale nucléaire de Penly. Ses conclusions font aussi état de la "transparence" du site.

Dans son courrier, l'ASN demande malgré tout au directeur de la centrale de lui fournir les résultats de l'expertise détaillée actuellement en cours et sa stratégie de remise en fonctionnement du réacteur.

Quelle est la situation à la centrale de Penly ?

Le réacteur s'était arrêté automatiquement le 5 avril lors de l'incendie de deux flaques d'huile, précédant une fuite d'eau "sur un joint" de la pompe de refroidissement. Le réacteur numéro deux se trouve depuis samedi dans les conditions d'un arrêt à froid et des expertises ont été engagées.

Aucune date de redémarrage n'a encore été fixée. "Tant que les expertises n'ont pas déterminé l'origine de cet évènement et tant que l'ASN n'a pas validé nos propositions pour le redémarrage, le réacteur restera à l'arrêt",  indique-t-on à la centrale.