Quatre mois avec sursis pour Gualtieri

  • A
  • A
Quatre mois avec sursis pour Gualtieri
@ MAX PPP
Partagez sur :

Ce père, condamné lundi à Reims, avait organisé la disparition de ses filles en 2008.

Le tribunal correctionnel de Reims a condamné lundi à quatre mois de prison avec sursis Renaldo Gulatieri qui avait, en 2008, organisé la disparition de ses deux filles. L’homme voulait soustraire les deux adolescentes à une décision de justice qui les confiait à leur mère, résidant en Italie.

Le frère du principal accusé, qui l'avait aidé, en octobre 2008, à dissimuler les deux fillettes alors âgées de 11 et 13 ans pendant près de dix jours, a été condamné à la même peine. Le tribunal a condamné deux de leurs amis complices à 600 euros d'amende.

"C'est une décision assez clémente de la part du tribunal qui a pris en compte le contexte familial particulièrement conflictuel", s’est félicité Mourad Benkoussa, un des avocats du père. Le procureur avait réclamé lors de l'audience du 27 avril une peine d'un an de prison avec sursis et 1.000 euros d'amende à l'encontre de Renaldo Gulatieri et de son frère.

Retour "comme si de rien n'était"

Le 6 octobre 2008, Renaldo Gulatieri avait averti les policiers de la "disparition" de ses filles. Elles avaient laissé une lettre en italien dans laquelle elles disaient "ne pas avoir confiance en la loi française" et affirmaient préférer "mourir que retourner en Italie", chez leur mère. Nées en Italie, elles avaient quitté ce pays pour Reims avec leur père à l'été 2007. Leur mère, résidant en Calabre à Lamezia Terme, et qui en avait la garde, avait alors saisi la justice pour les récupérer.

En juillet 2008, un juge de Reims avait diligenté une expertise psychologique des enfants - le père accusant la mère de maltraitance, cette dernière le traitant de manipulateur -, avant que la cour d'appel de Reims n'ordonne leur retour en Italie, auprès de leur mère. Les deux soeurs étaient réapparues après dix jours "comme si de rien n'était" à leur collège le 16 octobre 2008, alors que les policiers entreprenaient des visites dans les maisons de la famille du père et de ses proches.