Quand Royal tombe dans le canular

  • A
  • A
Quand Royal tombe dans le canular
@ REUTERS
Partagez sur :

La socialiste a rendu un vibrant hommage à un savant naturaliste… qui n’a jamais existé.

Mais qui est ce Léon-Robert de L'Astran que cite Ségolène Royal sur son blog ? La présidente socialiste de la région Poitou-Charentes a rendu, le 10 mai dernier, lors de la journée commémorative de l’abolition de l’esclavage, hommage à ce mystérieux personnage.

"Au XVIIIe siècle, Léon-Robert de L'Astran, humaniste et savant naturaliste, mais également fils d'un armateur rochelais qui s'adonnait à la traite, refusa que les bateaux qu'il héritait de son père continuent de servir un trafic qu'il réprouvait", écrit la socialiste. Mais voilà, Léon-Robert de L'Astran n’a jamais existé. C’est ce que révèle le journal Sud Ouest.

"Cela ne pouvait être qu'un canular"

"Ce qui m'a mis la puce à l'oreille, c'est quand un étudiant est venu me voir à la médiathèque pour demander mon aide. Il préparait un mémoire sur Léon-Robert de L'Astran et souhaitait des informations supplémentaires et des illustrations", raconte Jean-Louis Mahé, bibliothécaire et historien rochelais, dans le quotidien.

"Je n'avais jamais entendu parler de ce personnage étrange, mais j'ai tout de même vérifié. J'ai fouillé partout, dans les Archives municipales, départementales. Rien. Alors j'ai compris que cela ne pouvait être qu'un canular", poursuit-il.

L’erreur était humaine

Pourtant, sur la toile Léon-Robert de L'Astran a bel et bien existé. Il a été répertorié sur le site Wikipedia. "Né le 20 janvier 1767 à La Rochelle et mort le 7 avril 1861 à La Rochelle, Léon-Robert de L'Astran est un naturaliste et savant qui effectua plusieurs voyages aux Amériques dont un avec La Fayette, à bord de la frégate ''Hermione''", indiquait l’encyclopédie en ligne, qui a, depuis la révélation du canular, supprimé sa fiche.

Reste maintenant à savoir comment est né ce personnage fictif. Toujours selon Sud Ouest, il serait le fruit "de l'imagination foisonnante d'un adhérent du Rotary". Mais Ségolène Royal n’est pas la seule à être tombée dans le panneau. Un château rochelais propose sur son site internet un circuit intitulé la "route de l’Astran", en hommage au désormais célèbre personnage.

La même mésaventure est arrivée à Bernard Henri-Levy en février dernier. Il citait dans un de ses ouvrages un philosophe qui n'a jamais existé :