Quand Pôle Emploi bugue

  • A
  • A
Quand Pôle Emploi bugue
@ MAX PPP
Partagez sur :

Pendant deux jours, le système informatique a planté, compliquant le travail des conseillers.

Un écran noir. Voilà à quoi ressemblaient pendant deux jours, les 14 et 15 mai dernier, les écrans d'ordinateurs des conseillers de Pôle Emploi. Selon la direction, "plusieurs causes différentes" sont à l'origine de cette panne informatique : des tests menés sur les applications du service public et le déploiement de nouveaux logiciels.

Un bug aux conséquences non négligeables sur les demandeurs d'emploi. "Des retards ne pourront sûrement pas être évités, dans les jours qui viennent, dans le traitement des nouvelles inscriptions comme, plus gênant encore, des indemnisations", révèle Le Parisien.

Des demandeurs d'emploi pas accueillis

Pendant deux jours, les conseillers ont été dans l'incapacité de recevoir les demandeurs d'emploi convoqués dans le cadre de leur suivi mensuel. De la même manière, ils n'ont pas pu enregistrer les nouveaux chômeurs.

"En région parisienne, certaines agences ont même fermé à 15h15 le lundi, puisque tout était bloqué", a rapporté au Parisien une déléguée syndicale.

Des retards accumulés

Pour la direction, l'objectif "reste que cette panne n'ait pas d'impact sur les demandeurs d'emploi". Le retard accumulé lors de ces deux jours risque donc de peser sur les conseillers, qui seront certainement amenés à faire des heures supplémentaires pour compenser.

Sans compter que sur le terrain, les ratés informatiques sont encore nombreux. "En Champagne-Ardenne, mardi encore, les agents se sont ainsi émus des problèmes techniques auxquels ils étaient confrontés", relève Le Parisien.

Même si la direction assure que ces problèmes n'ont rien à voir avec la panne de la semaine dernière, ils compliquent toutefois le travail des salariés. Nombreux sont ceux qui pointent au passage la fusion ANPE-Assedic en 2009 comme responsable de ces ratés à répétition, qui tombent mal alors que la France comptait début mai 4.078.500 chômeurs.