Quand les vacances riment avec France

  • A
  • A
Quand les vacances riment avec France
@ MAXPPP
Partagez sur :

Malgré la crise, les intentions de vacances en 2012 sont en hausse. Tout comme le budget.

Les vacances ne connaissent pas la crise ou presque. Même si un vacancier sur trois se décide à la dernière minute, les Français continuent à partir, en France de préférence.

Cette année encore, la première destination touristique sera l'Hexagone, pour au moins un vacancier sur deux, avec en vedette, la Côte d’Azur et la Gironde. Ceux qui préfèrent partir à l’étranger, choisiront les destinations low cost avec la proche Méditerranée mais aussi l'Espagne et la Grèce, moins chères avec la crise économique. 

La Tunisie sort la tête de l'eau, le Japon renaît

Au Maghreb, après un été 2011 difficile avec le Printemps arabe, la tendance reste défavorable. La Tunisie, qui résiste grâce à une politique de prix très agressive, reste la destination soleil la moins chère selon les professionnels.

Et puis il y a ceux qui n’hésitent pas à casser leur tirelire pour partir plus loin : Inde, Thaïlande ou aux Etats-Unis avec Los Angeles et les grands parcs. La surprise vient surtout du retour en grâce du Japon, un an après le séisme et Fukushima.

Les intentions de vacances en hausse

Comme Europe 1 vous le révélait mercredi, près de 67% des Français comptent partir en 2012 contre 66% l'an dernier et leur budget est même en légère hausse, selon une étude du cabinet Protourisme.

"C'est la première fois depuis 2003 qu'on a une légère remontée des intentions de vacances sur l'année", souligne le directeur de Protourisme, Didier Arino. 53% des Français comptent partir au moins quatre nuits, contre 51% l'an dernier.

En revanche, un quart des Français, soit 26%, disent puiser dans leurs économies pour pouvoir partir, un phénomène en nette hausse (18% l'an dernier) et qui touche jusqu'aux catégories aisées. Quant au budget, il reste le même que celui de l'année dernière pour la moitié des Français. Seuls 26% d'entre eux ont prévu de dépenser plus et 24% moins.