Quand le maire fait la classe

  • A
  • A
Quand le maire fait la classe
Le maire d'Asnières-sur-Seine a joué au maître d'école jeudi pour protester contre les absences non remplacées.@ MAXPPP
Partagez sur :

Pour protester contre les absences non remplacées, l'élu d'Asnières a joué au maître d'école.

L'opération se voulait symbolique. Le maire socialiste de la ville d'Asnières-sur-Seine a fait, lui-même, la classe jeudi, alors qu'il n'est pas instituteur de formation. Objectif ? Remplacer une institutrice malade. La raison ? Il voulait "alerter" le ministre de l'Education sur la multiplication des absences non remplacées.

11 écoles, 120 jours d'absence

Dans cette commune des Hauts-de-Seine, sur onze écoles, 120 jours d'absence n'ont pas été remplacés depuis le début de l'année scolaire, déplore le premier magistrat de la ville, Sébastien Pietrasanta. "Dans cette école Fontaine d'Asnières, il manque tous les trois jours un enseignant depuis la rentrée. Fréquemment, on a des élèves répartis en catastrophe dans d'autres classes qui doivent assister aux leçons assis par terre", regrette-t-il faisant état d'une situation "alarmante".

Costume noir, paré de son écharpe bleu-blanc-rouge, il s'est occupé d'une classe de CP. Au menu : correction des devoirs de français, chants, poésie et un peu de géographie. Et les élèves, unanimes, l'ont trouvé "gentil" et "très joyeux".

Sébastien Pietrasanta a fait cours aux enfants pas plus d'une heure et demi. Car une institutrice remplaçante est finalement arrivée dans la classe, comme par magie. Actuellement en remplacement dans une autre école du département, elle est arrivée pour suppléer le maire. Sur ordre de l'Inspection d'académie. Une solution qui ne satisfait pas l'élu : "c'est fou qu'une enseignante, qui commence à faire cours dans une classe soit appelée dans une autre école et une autre ville. On déshabille Pierre pour habiller Paul".

L'Inspection d'académie dit faire de son mieux

Le coup d'éclat du maire ne règlera pas les prochains problèmes d'absences. L'inspecteur d'académie des Hauts-de-Seine, Edouard Rosselet, n'a pas souhaité commenter cette initiative, affirmant "faire de son mieux pour gérer les absences des enseignants".