Quand des joueurs de poker se rebellent

  • A
  • A
Quand des joueurs de poker se rebellent
Excédé par les récriminations des joueurs, Patrick Partouche a décidé de mettre fin au tournoi après l'édition 2012.@ MAX PPP
Partagez sur :

Le groupe Partouche, organisateur d'un tournoi, avait revu une cagnotte à la baisse. Scandale à la clé.

Acculé, Partouche a fini par faire volte-face. Le groupe de casinos, organisateur d'un tournoi international de poker à Cannes, a fini par rétablir le montant de la cagnotte à 5 millions d'euros, après l'avoir pendant un temps revu à la baisse. Avec ce cafouillage, le groupe s'est attiré les foudres des 573 inscrits ayant payé 8.500 euros pour participer au tournoi.

Tout commence en juillet, quand le responsable marketing du groupe, Jean-Jacques Ichaï, souligne dans une interview à RTL9 que le tournoi est "le seul tournoi en Europe et dans le monde où le prizepool [la cagnotte] est garanti". "On garantit les 5 millions d'euros", assure-t-il.

"Le scandale est officiel"

Mais jeudi, le PDG du groupe, Patrick Partouche, indique qu'il ne souhaite pas aller au-delà des 4,2 millions d'euros et réfute toute accusation de tricherie. Les inscrits au tournoi protestent. "Le scandale est officiel, Partouche vient de confirmer un prizepool de 4,2 millions. Je ne remettrai plus jamais les pieds là-bas", fulmine ainsi Nicolas Levi, l'un des meilleurs joueurs européens, selon le site Club Poker.

Vingt-quatre heures plus tard, le PDG fait son mea culpa et annonce, dans un communiqué, le rétablissement de la cagnotte à 5 millions d'euros. Patrick Partouche estime appliquer à la lettre le règlement du tournoi, mais reconnaît tout de même "la confusion et le cafouillage d'une communication qui a été mal maîtrisée". D'après lui, ses clients "ont pu être à tort convaincus d'un prizepool garanti".

La fin du tournoi

L'auteur de la "bourde", le responsable marketing de Partouche, a présenté sa démission, qui a été refusée.

Quant à Patrick Partouche, il a visiblement été excédé par cette affaire et par les récriminations des joueurs. A tel point qu'il a annoncé, sous les huées des participants, la fin du tournoi après l'édition 2012.