Pub : les pères ne sont pas à la fête

  • A
  • A
Pub : les pères ne sont pas à la fête
Partagez sur :

"Virils", salariés avant d’être papas, la représentation des pères n’a pas beaucoup évolué.

"Bonne fête papa !". 78% des Français jugent dépassée la répartition traditionnelle des rôles entre la mère, spécialiste du réconfort, et le père, en charge de l’autorité, selon un sondage TNS-Sofres publié jeudi dans l'hebdomadaire chrétien Pèlerin. Ce qui fait dire à ce magazine : "Il y a eu le temps des pater familias puis celui des papas poules, advient maintenant le temps des papas forts et tendres à la fois."

Mais la publicité n'est pas à la page, fait remarquer le sociologue Eric Macé, pour qui la représentation du père n’a en fait guère évolué. Un papa qui s’occupe des tâches ménagères ? Un papa qui va chercher ses enfants à l’école ? Dans les spots de pub, ça reste "exceptionnel, quelque chose de pas normal", estime ce spécialiste, au micro d’Europe 1.

Un exemple : une publicité pour une célèbre marque de friandises chocolatées. "Quand un papa va chercher son garçon à l'école, c'est la surprise du chef !", peut-on lire en introduction de ce clip.

Une publicité de Nutella. 300150

Le décryptage d’Eric Macé : "Lorsque des pères veulent s’engager dans des activités domestiques ou parentales, systématiquement, il y a des éléments qui rappellent que malgré tout, ils demeurent des hommes , et des hommes virils". Parmi leurs attributs : le costume, l’attaché case.

"Même si on vient chercher son enfant à l’école, c’est juste en sortant du travail, parce qu’on travaille et qu’on est avant tout défini comme un travailleur", analyse Eric Macé. Qui fait remarquer qu'une publicité similaire mettant une femme en scène ne se préoccupe pas de ce qu'elle a fait le reste de la journée.

En France, la fête des pères est célébrée depuis 1952. L’idée serait venue des Etats-Unis mais elle aurait été poussée dans l'Hexagone par un... Flaminaire, un fabriquant de briquets.

Une publicité de Flaminaire. 300150