Prostitution : la Suède, le bon modèle ?

  • A
  • A
Prostitution : la Suède, le bon modèle ?
"La société suédoise a profondément changé sur la question de l'achat de services sexuels", estime Najat Vallaud-Belkacem.@ REUTERS
Partagez sur :

FACT CHECKING - Selon Najat Vallaud-Belkacem, l’arsenal suédois anti-prostitution est efficace.

Le contexte. Najat Vallaud-Belkacem, la ministre du Droit des femmes, avait provoqué un grand débat au début de l’été en affirmant vouloir purement et simplement abolir la prostitution en France. Elle a récemment affirmé, au retour d'un voyage en Suède, que l’arsenal suédois anti-prostitution était efficace.  Cet exemple est-il à prendre en considération ?

La phrase. "La société suédoise a profondément changé sur la question de l'achat de services sexuels. Aujourd'hui, l'achat de services sexuels n'est plus du tout considéré comme une activité comme une autre mais au contraire comme quelque chose contre lequel il faut absolument lutter".

>> Le modèle suédois a-t-il prouvé son efficacité en matière de lutte contre la prostitution. Laurent Guimier y répond sur Europe 1 :

Pourquoi Najat Vallaud-Belkacem dit vrai ? Depuis la loi anti-prostitution de 1999, les Suédois ont radicalement changé leur vision de la prostitution. Ainsi, avant l’entrée en vigueur de la loi, 33% des Suédois étaient favorables aux poursuites contre les clients des prostituées. 67% y étaient opposés. En 2008, dix après la mise en place de la loi, 71% des Suédois sont favorables aux poursuites et 18% y sont opposés. Ce changement d’opinion est inédit car, dans les autres pays, les habitants n’ont pas changé aussi brutalement leur point de vue  sur cette question. La ministre a donc raison quand elle dit que la loi a eu un effet sur la vision des Suédois sur la prostitution.

Quelles sont les limites de cette analyse ? La prostitution a certes diminué dans les rues en Suède, mais ce constat est également fait dans des pays qui n'ont pas d'arsenal anti-prostitution. Cela s’explique par le fait que de plus en plus de prostituées travaillent via Internet. Or, il y a quinze ans,  le web n’était qu’un réseau balbutiant : il n’y a donc pas d’éléments de comparaison. Autre point à prendre en compte, il n’y a pas de statistiques officielles sur la prostitution en Suède. Il est donc impossible d’affirmer que "le marché de la prostitution" est en baisse dans ce pays.