Prostate : une arme pour contrer le cancer

  • A
  • A
Prostate : une arme pour contrer le cancer
@ MAXPPP
Partagez sur :

Un laboratoire américain a mis au point un nouveau traitement qui retarde les symptômes.

A l'issue d'une série d'essais cliniques internationaux, une équipe scientifique a dévoilé samedi un nouveau traitement qui permet de ralentir nettement la propagation de cancers métastasés de la prostate et aide à préserver la qualité de vie des patients.

Ce médicament, l’acétate d’abiratérone, commercialisé sous le nom de Zytiga par le laboratoire américain Johnson & Johnson, retarde le développement de la douleur et la détérioration de l'état général du malade, expliquent ces chercheurs. Le Zytiga agit en bloquant la production hormonale qui alimente la tumeur cancéreuse.

"Donner aux malades plus de temps"

"Ce médicament prolonge des vies et donne aux malades plus de temps durant lequel ils ne ressentent pas de douleur résultant de la progression du cancer", explique le Dr Charles Ryan, professeur de médecines clinique à l'Université de Californie à San Francisco, principal auteur de cette étude clinique. Il présente les résultats samedi à la 48e conférence annuelle de l'American Society of Clincal Oncology (ASCO) réunie ce week-end à Chicago.

Cette étude est la première à montrer une prolongation des bienfaits du Zytiga dans un groupe particulier de patients atteints d'un cancer métastasé de la prostate, souligne Charles Ryan.

Utile dès la détection du cancer ?

Il a noté qu'il s'agissait "d'une analyse intermédiaire des résultats de cet essai clinique dont les conclusions finales seront achevées en 2014". Mais "il apparaît d'ores et déjà que ce médicament -administré par voie orale-- pourrait être utilisé à des stades plus précoces du cancer de la prostate et être ainsi prescrit à un plus grand nombre de patients", selon ce médecin.

Une petite étude clinique publiée le 16 mai par l'ASCO montre que le Zytiga avait permis d'éliminer totalement ou en grande partie la tumeur aux premiers stades de développement chez certains hommes atteints d'une forme de cancer de la prostate à haut risque de s'étendre.