Prof "racketteur": l'avocat jette l'éponge

  • A
  • A
Prof "racketteur": l'avocat jette l'éponge
@ BERTRAND BECHARD/MAXPPP
Partagez sur :

Le défenseur du professeur a préféré claquer la porte du tribunal en "forçant" le renvoi du procès.

L'INFO. Soupçonné d'avoir extorqué de l'argent aux parents d'un de ses élèves d'un lycée professionnel, un enseignant devait être jugé mercredi pour "extorsion", "faux et usage de faux" à Avesnes-sur-Helpe, dans le Nord. Mais coup de théâtre mercredi, l'avocat de ce professeur s'est retiré du dossier à l'audience, faute d'avoir obtenu un renvoi du procès. Le président du tribunal a d'abord invité le prévenu à rester dans la salle en attendant que son dossier soit examiné. Celui-ci souhaitant être défendu par un autre avocat, le procès a été renvoyé au mercredi 27 mars.

>> A LIRE AUSSI - Le prof aurait fait chanter... des parents

"Je rentre à mon cabinet". C'est ce qu'a déclaré devant la presse Maître Serge-Marie Agboton, avocat du professeur, en quittant la salle d'audience. "Je préfère me retirer du dossier et garder mon honneur d'avocat", a-t-il assuré, dénonçant "un dossier scellé d'avance". La défense avait justifié sa demande de renvoi par la nécessité "d'éclaircir les zones d'ombre de ce dossier", demandant notamment des auditions supplémentaires. Le procureur Bernard Beffy avait estimé de son côté que le dossier était prêt à être jugé en l'état et dénoncé "une manœuvre dilatoire". En clair : une opération visant à gagner du temps. 

"Abandonné" à son sort, le professeur, qui comparaissait avec sa compagne poursuivie pour complicité, a insisté sur sa volonté d'être défendu dans ce dossier. "il faut absolument que j'aie un avocat pour me représenter", a-t-il affirmé. "Je veux que la vérité sorte de ce dossier". Mis devant le fait accompli, le procureur Bernard Beffy ne s'est pas opposé au renvoi de l'audience. "Les enjeux sont considérables, Monsieur et Madame ont le droit d'être défendus par un avocat", a-t-il admis.

Jusqu'à 10.000 euros réclamés.  L'enseignant non titulaire est soupçonné d'avoir réclamé jusqu'à  10.000 euros aux parents d'un élève d'un lycée professionnel d'Aulnoye-Aymeries, dans le Nord, qui lui avait lancé six mois plus tôt une boulette de papier d'aluminium au visage. Les parents affirment qu'il leur avait assuré qu'en échange de l'argent, il ne donnerait pas de suite à l'incident. Mais l'élève avait été exclu définitivement de l'établissement lors d'un conseil de discipline le 10 janvier, à la suite duquel les parents avaient déposé plainte. Le 29 janvier, le professeur avait été placé en garde à vue et laissé en liberté sous contrôle judiciaire avec interdiction de se rendre dans un établissement scolaire.  "On voulait que ce soit jugé aujourd'hui pour que ce soit reconnu que nous sommes victimes", a-t-elle poursuivi, se disant "déçue" du renvoi du procès.

"Il fallait qu'on lui donne 300 euros tous les mois" :



"On était pris à la gorge"par Europe1fr

Mercredi, la mère ne cachait pas sa déception à l'annonce de ce renvoi. "On voulait que ce soit jugé aujourd'hui pour qu'il soit reconnu que nous sommes victimes", a-t-elle confié.

>> A LIRE AUSSI - Des parents "pris à la gorge" par un prof