Produits de beauté : y a-t-il danger ?

  • A
  • A
Produits de beauté : y a-t-il danger ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

ALERTE - L'UFC-Que Choisir dénonce la présence de perturbateurs endocriniens en grande quantité.

Alerte dans nos salles de bains. Selon l'UFC-Que Choisir, de nombreux produits de beauté et d'hygiène contiendraient des substances chimiques reconnues comme étant des perturbateurs endocriniens, parfois en quantités importantes.

Un perturbateur endocrinien, c'est quoi ? Il s'agit de substances, parfois naturelles, parfois créées par l'homme, qui influent sur le système hormonal de l'être humain. Ces perturbateurs endocriniens sont notamment soupçonnés d'avoir un impact sur la fertilité ou encore sur la puberté précoce des enfants, et d'être liés à l'augmentation des cancers de la prostate et du sein.

>> A LIRE AUSSI : Des traces de polluants dans l'eau minérale

Gel douche, shampoing et dentifrice concernés. L'association de consommateurs a mené 66 tests sur des produits de la vie courante, gel douche, shampoing ou encore dentifrice. Les résultats ont révélé la présence fréquente de ces perturbateurs "sous la forme de conservateurs, d’antibactériens, de filtres solaires et d’émollients ajoutés dans les produits de beauté et d’hygiène corporelle". Les concentrations sont même parfois supérieures à la réglementation européenne. C'est notamment le cas du gel douche Nivea Water & Lily, qui contiendrait selon l'UFC-Que Choisir 2,68 g/kg de propylparaben, alors que l'Union européenne recommande un maximum de 2,48 g/kg.

Un "effet cocktail" explosif. Selon l'UFC-Que Choisir, le vrai problème est l'accumulation de ces perturbateurs endocriniens. Pris séparément, la plupart des produits de beauté ne présentent aucun risque. Mais puisque les substances se retrouvent dans beaucoup de produits, l'accumulation peut rapidement dépasser le niveau d'alerte. L'association cite le cas du tricoslan, utilisé dans les dentifrices et les déodorants. Par exemple, le dentifrice Colgate Total contient 2,09 g/kg de ce produit, ce qui, cumulé à un déodorant qui en renfermerait aussi, entraîne selon l'UFC "un niveau de risque significatif d'effet sur la thyroïde".