Procès du Mediator : rendez-vous en mai

  • A
  • A
Procès du Mediator : rendez-vous en mai
Jean-Michel Hayat présidera lundi et mardi une audience de procédure avant le procès pénal dans l'affaire du Mediator.@ MAXPPP
Partagez sur :

Dans le cas où le procès pénal se tiendrait à Nanterre, une audience a été fixée au 14 mai 2012.

Le premier procès au pénal des Laboratoires Servier et de leur fondateur Jacques Servier dans l'affaire du Mediator devrait débuté le 14 mai prochain. Et ce, s'il se tient à Nanterre. Mais rien n'est moins sûr.

Un regroupement des procédures demandé

La raison ? L'avocat des laboratoires Servier a demandé à la Cour de cassation le regroupement des procédures judiciaires liées à l'affaire du Mediator au pôle santé publique de Paris. Car les Laboratoires Servier sont, ainsi que son fondateur Jacques Servier et la société Biopharma qui a commercialisé le Mediator, poursuivis dans deux juridictions dans le cadre du même dossier.

Ils sont ainsi cités à comparaître pour des faits de "tromperie aggravée" à Nanterre et à Paris, trois juges d'instruction enquêtent également sur des faits de "tromperie aggravée", "escroquerie" et "homicides involontaires". Dans le cadre de cette requête, Me Hervé Temime a demandé lundi matin au tribunal correctionnel de Nanterre de fixer une nouvelle audience de procédure dans l'attente de la décision de la Cour de cassation.

Dans l'attente de cette décision, le tribunal de Nanterre a fixé une nouvelle audience au 6 février prochain. Elle doit permettre de faire le point sur la situation de l'affaire.

Une 100e de personnes demandent à se constituer partie civile

Une première audience de procédure, menée par le président du tribunal de Nanterre, Jean-Michel Hayat s'est ouverte lundi. Outre fixer le calendrier d'audiences, elle devait permettre de consigner, s'il y a lieu, de nouvelles citations directes et de dresser la liste des pièces et des personnes que les avocats entendent citer lors du procès. C'est ainsi qu'en début d'audience, plus d'une centaine de personnes ont fait savoir par l'intermédiaire de leurs conseils qu'elles souhaitaient se constituer partie civile dans ce dossier.

Cinq millions de malades ont pris du Mediator de 1976 à 2009, date de son interdiction. Cet antidiabétique, largement prescrit comme coupe-faim, a fait entre 500 et 2.000 morts, selon plusieurs études.

Prévost-Desprez devait diriger les débats

La grande absente de l'audience a été la présidente de la 15e chambre du tribunal correctionnel, Isabelle Prévost-Desprez. Elle s'est pliée mi-septembre à la demande de sa hiérarchie de ne pas présider les débats lundi et mardi. Le président du tribunal de grande instance avait assuré qu'il ne s'agissait ni d'une "sanction" ni d'un "dessaisissement".

Isabelle Prévost-Desprez est menacée de sanctions disciplinaires après avoir mis en cause Nicolas Sarkozy pour financement politique illégal et livré une charge virulente contre le parquet de Nanterre, dirigé par le procureur Philippe Courroye, dans un livre de témoignages recueillis par des journalistes du Monde.