Privés d’ascenseur jusqu’en 2013

  • A
  • A
Privés d’ascenseur jusqu’en 2013
Difficile de vivre sans ascenseur, surtout lorsqu'on habite au neuvième étage ou qu'on vit avec une fille handicapée.@ MAXPPP
Partagez sur :

Un immeuble de Rouen étant voué à la démolition, son bailleur refuse de réparer l’ascenseur.

Les habitants d’un immeuble de Rouen, sans ascenseur depuis le 30 août, vont devoir prendre leur mal en patience. Leur ascenseur ne sera pas réparé, le bailleur du bâtiment estimant qu’une telle opération coûterait trop cher alors que l’immeuble doit être détruit en 2013.

Olivier Vanpoulle, le directeur de Rouen Habitat, qui gère l’immeuble, avance en effet une expertise évaluant le coût des réparations à 30.000 euros. “Comme cet immeuble est voué à la démolition en 2013, nous n’allons pas engager cette somme“, se justifie-t-il dans les colonnes de France Soir.

“Je finis ma journée épuisée“

Déjà sans ascenseur depuis presque trois mois, les locataires du 71 avenue Jean-Rondeaux vont donc devoir faire sans pendant au moins deux ans, un sacrifice difficile à accepter lorsqu’on habite au-au-delà du cinquième étage. Quand à ceux qui habitent au neuvième...

“Plusieurs fois par jour, je monte et je descends pour emmener ou aller chercher mes enfants à l’école, pour aller faire les courses, pour sortir mon chien. Croyez-moi, je finis ma journée épuisée“, témoigne une résidente du huitième étage dans France Soir. Pire, les parents d’une petite fille handicapée doivent la porter sur le dos pour sortir ou rentrer chez eux.

Exonérés de charges d’ascenseur

En attendant, le bailleur a embauché un agent pour aider les résidents à monter tout objet lourd. Il a également annoncé aux locataires qu’ils seront désormais exonérés de charges d’ascenseur.

“Mais ce n’est pas la bonne solution“, concède Olivier Vanpoulle, bien embarrassé par cette affaire. “Nous avons proposé une solution de relogement pour les 18 locataires encore présents dans cet immeuble. Et tous les frais liés au déménagement et au relogement ainsi qu’au réabonnement seront intégralement pris en charge“, assure-t-il.

La plupart des habitants ont refusé cette offre, craignant d’être relogés dans des appartements plus petits et moins bien desservis par les transports en commun. Ils devront faire sans ascenseur pendant au moins deux ans. Un délai assez long pour leur permettre de prendre un avocat et d’attaquer en justice le bailleur, comme certains l’envisagent déjà.