Prison de Montmédy : 4 à 2 ans pour les preneurs d'otages

  • A
  • A
Prison de Montmédy : 4 à 2 ans pour les preneurs d'otages
Les six preneurs d'otages, qui souhaitaient notamment un transfert vers d'autres établissements pénitentiaires, avaient barricadé la grille du gymnase avec du matériel de sport, notamment des tables de ping-pong.@ Max PPP
Partagez sur :

Cinq détenus avaient pris en otage un moniteur sportif à la prison de Montmédy, dans la Meuse, en avril dernier.

Les cinq détenus, qui avaient pris en otage un moniteur sportif à la prison de Montmédy (Meuse) en avril, ont été condamnés à des peines allant de 4 à 2 ans d'emprisonnement par le tribunal correctionnel de Verdun.

"Le tribunal a suivi les réquisitions du procureur, qui avait sollicité des peines différentes selon le niveau d'implication des différents prévenus" lors de la prise d'otage, a déclaré à l'AFP l'avocat de deux des détenus, Me Xavier Nodée.

L'un des détenus est mort. Le 4 avril dernier, six détenus avaient pris en otage un moniteur sportif dans le gymnase du centre de détention, avant de le relâcher au bout de huit heures, sans violence. Les six preneurs d'otages, qui souhaitaient notamment un transfert vers d'autres établissements pénitentiaires, avaient barricadé la grille du gymnase avec du matériel de sport, notamment des tables de ping-pong.

L'un d'entre eux, placé dans le quartier disciplinaire de la prison, est décédé le 1er mai dans l'incendie de sa cellule. ll avait mis le feu à son matelas, sans qu'on en sache plus sur ses intentions.

Un médecin séquestré pendant 11 heures. En octobre 2011, cette prison avait déjà été le théâtre d'une prise d'otage. Un autre détenu avait séquestré un médecin pendant onze heures, sous la menace d'une paire de ciseaux. Il avait été condamné pour ces faits à trois ans de prison supplémentaires.

Le centre de détention de Montmédy, situé à moins de 10 km de la frontière belge, est réservé aux longues peines. Mis en service en 1990, il héberge 273 détenus pour une capacité de 326 places. Au total, 145 personnels pénitentiaires y sont affectés, dont 125 personnels de surveillance, selon l'administration pénitentiaire.