PPDA s'en prend aux "trolls" du Net

  • A
  • A
PPDA s'en prend aux "trolls" du Net
Dans un billet de blog, Patrick Poivre d'Arvor déplore "les calomnies" colportées sur Internet.@ REUTERS
Partagez sur :

Dans un billet de blog, l'ancien présentateur du JT déplore "les calomnies" colportées sur Internet.

"Une friche de superficialité", "un espace de sottises ou de calomnies", le lieu "des rumeurs les plus assassines"... les mots ne manquent pas à Patrick Poivre d'Arvor pour d'écrire Internet. Dans un long billet de blog publié jeudi sur son site, l'ancien présentateur du JT s'attaque directement aux internautes.

Il les accuse notamment de reprendre "les sottises et les calomnies" véhiculées par les médias traditionnels. Et PPDA de déplorer le nombre de personnes malveillantes "plus actives aujourd’hui sur la Toile".

Retour sur l'affaire Hemingway

Des accusations qui font clairement référence à la polémique dont il a fait l'objet après la publication de son ouvrage sur Ernest Hemingway, l'an dernier. L'Express avait en effet soulevé que plusieurs passages de son livre provenaient de la biographie réalisée par Peter Griffin, un auteur américain peu connu Outre-Atlantique. PPDA s'était alors défendu de tout plagiat, expliquant que la mauvaise version de son livre avait été imprimée par son éditeur.

Ces explications avaient suscité de vives railleries, notamment sur Internet. "Le relais d’Internet fut tel que l’on n’entendit plus ensuite que ses calomnies", se souvient avec amertume le journaliste. "Les trolls ne sont rien à côté du volume de sottises ou de calomnies colportées sur Internet par différents sites ou blogs, et caquetées à l’infini par des poules sans tête", écrit-il.

Internet, "une immense friche de superficialité"

Il dit avoir rencontré sur Internet "d’immenses friches de superficialité, beaucoup de suivisme moutonnier, une étonnante impunité conférée par l’anonymat (...) et surtout une bonne dose de mauvaise foi ou de goût de nuire, inversement proportionnelle à celle que l’on peut rencontrer chez les êtres humains dans la vie de tous les jours".

"Une réputation écornée"

PPDA dresse un parallèle officieux entre ce goût de nuire sur Internet et le suicide de sa fille Solenn. Pour l'ancienne vedette du petit écran, la mort de sa fille est clairement liée au harcèlement médiatique dont sa famille faisait l'objet. "A cette époque ma fille Solenn souffrait terriblement de ces attaques à répétition sur son père et sa famille", raconte PPDA.

"Voici donc un rappel détaillé de quelques 'affaires' ou simples anecdotes qui, montées en épingle ou simplement amalgamées, m’affublèrent de ce qu’il est pour certains convenu d’appeler une 'réputation écornée'. J’ai ma part de responsabilités - je n’aime pas les pleureuses qui accusent systématiquement autrui - mais la rumeur véhiculée à vitesse grand V par le net a aussi la sienne, bien plus assassine", conclut le journaliste très remonté.