Pourquoi la justice s'intéresse à Thomas Fabius

  • A
  • A
Pourquoi la justice s'intéresse à Thomas Fabius
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le parquet de Paris enquête sur l'acquisition d'un appartement à 7 millions d'euros par le fils du ministre.

L'INFO. La cellule de renseignement financier Tracfin, qui s'intéresse aussi à la fraude fiscale et sociale, a reçu un signalement après l'acquisition par Thomas Fabius, le fils du ministre des Affaires étrangères, d'un appartement à 7 millions d'euros en juin 2012.  Cet achat de l'ancien appartement du réalisateur Claude Zidi, un 280 m2 sur l'une des "artères les plus huppées" de Paris, est dans le collimateur alors même que Thomas Fabius est au cœur d'une enquête préliminaire pour "tentative d'escroquerie et faux", révélait Le Point, mardi.

Une énigme à 7 millions. Cette affaire est d'abord une énigme pour les enquêteurs. Comment Thomas Fabius, qui n'est pas soumis à l'impôt sur le revenu en France peut-il acheter un somptueux appartement pour 7 millions d'euros ? "Comme tout le monde, avec un prêt bancaire", répond l'intéressé dans les colonnes du Point. C'est donc ce que le parquet de Paris veut vérifier en élargissant son enquête, ouverte il y a plus d'un an.

A l'origine de l'enquête "pour tentative d'escroquerie et faux", il y a une soirée dans un casino au Maroc, fin 2011. Thomas Fabius aurait laissé une fausse montre de valeur en gage à l'établissement de jeux. Une plainte a été déposée et l'enquête confiée à la police judiciaire. Au cours de leurs investigations, les policiers découvrent petit à petit  les activités financières de Thomas Fabius : sa société de consulting, la passion pour les jeux d'argent d'un homme interdit  de casino sur le territoire français.

Dans le collimateur avant cet achat. Selon les informations recueillies par Europe 1, dès le printemps dernier, Tracfin aurait transmis un renseignement sur Thomas Fabius à la justice.  Et c'est quelques semaines plus tard, en juin, le fils de Laurent Fabius achète ce somptueux appartement. Autant d'éléments troublants qui incitent le parquet de paris à poursuivre son enquête préliminaire pour faire toute la lumière sur cette affaire.