Pourquoi l'été nous rend malade

  • A
  • A
Pourquoi l'été nous rend malade
Malgré le beau temps, les cas de rhume, sinusite et toux se multiplient.@ MAXPPP
Partagez sur :

Selon SOS médecins, le passage brutal d'un printemps froid à un été chaud éprouve durement les organismes.

L'info. C'est le paradoxe de l'été 2013. S'il a mis longtemps à pointer le bout de son nez, le soleil brille fort désormais, et le mercure affiche partout en France des températures élevées. Pourtant, les statistiques de SOS médecins sont formelles : les angines, rhinites, sinusites et autres problèmes de toux sont, en ce mois de juillet, la première cause de consultation, devant la gastro-entérite.

Jean-Paul Hamon, médecin à Clamart, explique à Europe 1 : "Ce qui est particulier cette année, c'est qu'on est passé brutalement de l'automne à l'été caniculaire. Le changement de température, combiné avec l'usage des climatisations, a déstabilisé les organismes".

>> A LIRE AUSSI : Dangereux, les médicaments contre le rhume ?

La climatisation, modérément. Le bon sens recommande donc d'utiliser la climatisation modérément, pour éviter les gros écarts de température entre intérieur et extérieur. Jean-Louis San Marco, professeur de santé publique à Marseille, détaille au micro d'Europe 1 : "les chocs de température sont très éprouvants pour le corps. Une climatisation, ce n'est bon que s'il y a quelques degrés de moins que la température extérieure. Si vous passez dix fois dans la journée d'un espace climatisé à des températures normales, c'est la sinusite garantie."


Adapter son comportement. Pour ce médecin, la hausse brutale du nombre de ces maladies respiratoires tient aussi au comportement des individus. "L'organisme est un peu comme la Bourse : il n'aime pas les secousses et préfère les changements en douceur. Le problème, c’est qu'on ne sait pas toujours bien s'adapter aux changements de température", décrypte-t-il pour Europe 1.

"Prenez le cas d'un coureur qui fait son jogging le samedi pour se maintenir en forme. Tant que les températures étaient autour de 25°C, il pouvait courir ses 6 kms sans problème, son corps se refroidissait naturellement. Maintenant que la température extérieure est de 35°C au soleil, il n'évacue plus rien. Résultat, il transpire beaucoup plus, et c'est le malaise assuré s'il ne boit pas beaucoup pour compenser", poursuit le spécialiste.

Les déshydratations en hausse. C'est en effet l'autre constat inquiétant réalisé par SOS médecins : les appels pour malaise ou déshydratation sont en forte augmentation, de 30 à 50 % selon les régions, notamment chez les plus de 75 ans. Alors pour bien profiter de l'été, les professionnels de santé rappellent ce geste simple : penser à boire régulièrement, quitte à prendre une boisson chaude si l'on se sent fébrile.