Pourquoi François Hollande veut reporter les régionales

  • A
  • A
Pourquoi François Hollande veut reporter les régionales
@ Capture d'écran BFMTV
Partagez sur :

ON VOUS EXPLIQUE - Le président a émis l’idée, lors de son interview sur BFMTV, d’attendre le nouveau découpage territorial pour lancer les élections.  

François Hollande veut encore accélérer le calendrier des réformes. Le président a lancé mardi sur BFMTV  qu’il "serait intelligent" de tenir les élections régionales et cantonales prévues pour 2015 et 2016 "avec le nouveau découpage" territorial. Autrement dit le président confirme la volonté affichée par Manuel Valls lors de son discours de politique générale d’aller plus vite sur la réforme territoriale. Europe 1 vous explique les enjeux.

Moins de régions pour plus d’économies. Mesure clé du choc de simplification, la réduction du nombre de régions pourrait faire économiser 15 milliards d’euros à l’Etat. Fusionner les régions, "c’est une réelle source d’économies pour le pays", a souligné Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France, prenant exemple sur l’Allemagne et l’Italie.

>> A lire aussi : Fusionner les régions, c’est faire des économies

Combien de régions en moins ? "Je pense que 12 régions ou 11 régions, la moitié (il y a 22 régions actuellement, ndlr), pourraient être la bonne carte de notre territoire, et pour les départements", a assuré mardi le président. Il tranche ainsi en faveur d’André Vallini, le secrétaire d'Etat en charge de la réforme territoriale qui avait plaidé pour cette réduction le 26 avril. Manuel Valls, lors de son discours de politique générale, avait évoqué un chiffre équivalent : entre 10 et 11 régions.  En janvier, le député PS Thierry Mandon, co-dirigeant du Conseil de la simplification, avait évoqué pour sa part une réduction de "30%" soit descendre à "une quinzaine" de régions.

Quel agenda ? François Hollande vient d’accélérer fortement le calendrier. En reculant les élections régionales d’un an, soit pour 2016, le président force le gouvernement à proposer et mettre en place sa réforme dès 2015. Or, le calendrier initialement évoqué prévoyait que la réforme serait mise en place entre 2017 et 2021.  Le problème de ce premier calendrier est que 22 présidents de régions allaient être élus en 2015 et supprimés en 2017. "François Hollande remet ainsi le calendrier à l’endroit", assure le journaliste politique d’Europe 1, Antonin André. Autre raison avancée pour expliquer cette accélération : "pour les Français, afficher 2021 comme horizon, c’est leur dire : ‘ça ne se fera pas, c’est virtuel’", assure un député socialiste.

>> A lire aussi : Régions, départements : que sera la France de demain ?

Comment procéder ? Plutôt que de supprimer purement et simplement les régions, le gouvernement envisage de faire fusionner les plus petites entre elles. Grâce à cette concentration, les régions verraient leur attractivité renforcée selon André Vallini et leurs dépenses diminuées. Des économies d’échelles importantes pourraient être gagnées grâce à la fusion des services notamment en diminuant les coûts de fonctionnement. Une idée déjà défendue par la Cour des comptes en octobre dernier qui préconisait la "mise en commun des moyens entre les collectivités" et une meilleure "gestion du patrimoine". Toutefois de nombreux élus devraient se battre pour sauver leur job. Le projet de loi sur la reforme des territoires sera présenté en Conseil des ministres le 14 mai, et le Sénat se prépare déjà à le passer à la moulinette.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

INTERVIEW - Les régionales auront-elles lieu en 2016 ?

L'INFO - Le gouvernement veut 12 régions au lieu de 22

RÉACTIONS - La réforme territoriale mal vécue au PS

DÉCRYPTAGE - Régions, départements : la réforme qui ne fâche pas tant que ça