Pour son lobbying, Philip Morris fiche les eurodéputés

  • A
  • A
Pour son lobbying, Philip Morris fiche les eurodéputés
Le cigarettier Philip Morris International a établi des fiches sur les eurodéputés.@ MAX PPP
Partagez sur :

Le cigarettier Philip Morris a créé des fiches sur les députés européens, selon Le Parisien.

L'INFO. Les documents lèvent le voile sur les méthodes des lobbys du tabac. Le cigarettier Philip Morris International a établi des fiches sur les eurodéputés, selon des documents confidentiels datant de 2012 et 2013, révélés samedi par Le Parisien. Dans ce fichier, les députés européens sont classé en fonction de leur proximité supposée avec l'industrie du tabac, avec un degré d'urgence pour les approcher. Philip Morris se défend de tout lobbying illégal.

Un code couleur. Pour mieux identifier les élus, un code couleur a été mis en place : le bleu signalerait une proximité avec l'industrie du tabac, le rouge une opposition et le vert servirait à signaler un eurodéputé à approcher de toute urgence. 74 eurodéputés français aurait ainsi leur fiche chez le cigarettier.

Le Foll veut "des explications". Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture et ancien député européen, figure notamment dans le fichier. Pour lui, l'existence de ce fichier est "une atteinte aux liberté publiques". Le ministre veut "des explications". De son côté, la Cnil estime auprès du quotidien que cette pratique "pose question". Si le fait de tenir une liste des députés n'est pas illégal en soi, ils devraient toutefois "en être informés", note la directrice adjointe des services juridiques de la Commission.

12.12.Bandeau.cigarette.tabac.Maxppp;460.100

© MAXPPP

Une enveloppe pour organisation "d'événementiels". Les documents ne révèlent pas de trace de corruption. Mais, note Le Parisien, les lobbyiste de Philip Morris, qui sont au total 161, se voient tous attribuer une somme spécifique pour l'organisation "d'événementiels", atteignant au total 548.927 euros.

Philip Morris se défend. Le cigarettier renvoie à un communiqué datant du 9 septembre 2013, dans lequel s'exprime Drago Azinovic, président de Philip Morris International pour l'Union européenne. "Il est malheureux que la discussion se focalise sur nos efforts pour faire connaître nos positions sur cette directive plutôt que sur une évaluation sérieuse du contenu et de l'impact probable de la directive proposée par l'Union européenne", y écrit-il.