PORTRAIT - Qui est Mohamed Merah ?
© FRANCE 2

Ce Toulousain de 23 ans est soupçonné d'être l'auteur des tueries de Toulouse et Montauban.

Les faits. Le Raid a lancé mercredi à 3h20 du matin une opération, encore en cours, dans une habitation du quartier résidentiel de la Côte Pavée, à l'est de Toulouse. Un homme se revendiquant d'Al-Qaïda, considéré comme le principal suspect des tueries qui ont fait sept morts, est retranché chez lui, cerné par la police et le Raid.

Le profil de l'auteur présumé.  Le présumé coupable de la tuerie de l'école juive, et du meurtre des trois jeunes militaires serait Mohamed Merah, un Toulousain de 23 ans. Le jeune homme est un Français, d'origine algérienne, a révélé le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant. Né en octobre 1988, il a grandi dans une cité toulousaine, et est connu depuis 2006 par la police locale pour des actes de petite délinquance (délits, outrages), selon les informations d'Europe 1.

Sa mère, amenée sur les lieux pour le raisonner, "n'a pas souhaité entrer en contact avec son fils, indiquant qu'elle n'avait guère d'influence sur lui" a déclaré le ministre de l'Intérieur. Elle a été placée en garde à vue, mercredi matin, ainsi que le frère et la compagne de celui-ci. Le procureur de Paris, François Molins, a d'ailleurs insisté sur l'implication des "frères Merah" dans cette affaire.

Des antécédents judiciaires. "Il a été condamné à un mois de prison ferme et avait rendez-vous début avril avec le juge d'application des peines", a confirmé mercredi sur Europe 1 l'avocat du tireur présumé, Me Christian Etelin. "C'était auparavant un mineur à tendance violente, beaucoup plus intolérant. Mais, il y avait une maturation. Il me donnait une très bonne impression quant à son évolution", a-t-il ajouté. Selon lui, Mohamed Merah faisait preuve, de "respect d'autrui, avec une certaine douceur". "Il s'adressait aux autres en étant extrêmement poli", précise Me Christian Etelin.

Mais le procureur de Paris, François Molins, a parlé d'un homme avec un "profil violent et avec un profil psychologique allié à des troubles du comportement quand il était mineur".

Quel est son comportement ? La police est surprise par la durée des négociations. Le tueur s'avère en effet très loquace, ce qui est peu courant. "Dans l'engagement d'un fanatique tel qu'il se décrit, il est surprenant d'avoir quelqu'un qui parle autant", précise Laurent Combalbert, membre du Raid. "Généralement ils ne sont pas dans le dialogue, ils sont plutôt dans le rapport de force. Il essaye de trouver des justifications. Maintenant il vaut mieux qu'il ait envie de parler beaucoup. Cela permet à la négociation de durer", ajoute-t-il.

Mercredi en fin d'après-midi, les tractations se poursuivaient et le procureur de Paris évoque désormais la fin de journée pour un dénouement.

Il se revendique d'Al-Qaïda. D'après le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, dépêché sur place, le jeune homme se revendique d'Al-Qaïda. Mohamed Merah s'inscrit dans cette mouvance djihadiste, décrypte le chef du service international  d'Europe 1, Didier François. "Ce qui ne veut pas forcément dire qu'il appartient aux structures d'Al-Qaïda", précise-t-il. "Les opérations d'Al-Qaïda sont, en général, spectaculaires, multiples et à gros effets, on n'est pas du tout dans ce cadre là", précise-t-il.  Le jeune homme dit "être un moudjahidine", " et avoir voulu venger les enfants palestiniens ainsi que s'en prendre à l'armée française", a précisé Claude Guéant.

Déjà arrêté en Afghanistan. Mohamed Merah a effectué un premier séjour en Afghanistan où il s'était rendu "par ses propres moyens". Il a ensuite été en 2011 dans le Waziristan, une partie des zones tribales du nord-ouest du Pakistan, à la frontière afghane, où "il explique qu'il a été formé par Al-Qaïda".

Pour son premier séjour, le procureur de Paris, François Molins, indique que Mohamed Merah s'est rendu en Afghanistan "par ses propres moyens, sans passer par les pays habituellement surveillés".

D'après Louis Capriolli, ancien sous directeur chargé de la lutte antiterroriste à la DST, le jeune homme avait "un lien qui lui a permis d'aller en Afghanistan, une connexion avec une organisation ou des membres d'une organisation".

A tenté de s'engager dans l'armée. Entre deux séjours en Afghanistan, Mohamed Merah, l’auteur présumé de la tuerie de l'école juive de Toulouse et des meurtres des militaires de Toulouse et Montauban, a postulé deux fois pour entrer dans l’armée française. Une première fois en 2008, à Lille, où il s'était présenté au CIRFA de l’Armée de Terre et une seconde fois dans la Légion étrangère en 2010. Il s’était alors rendu au PILE de Toulouse. Il n'avait alors pas été retenu en raison de ses antécédents judiciaires et de son instabilité psychologique.

Le jeune homme, né en octobre 1988, avait été arrêté en 2007 en Afghanistan après avoir posé des bombes dans la région de Kandahar mais s'est évadé quelques mois plus tard, en 2008, a déclaré mercredi à Reuters le directeur des prisons de cette ville du Sud afghan.

Après l’attaque contre les trois paras, le 15 mars dernier, la DPSD, la Direction de la protection du secret-défense, qui le surveillait, a fourni l’ensemble de ses informations aux spécialistes de la DCRI, la Direction centrale du renseignement intérieur, les services de contre-terrorisme de la police.

>> 

EN DIRECT

 - Retrouvez toutes les dernières infos sur le siège en cours à Toulouse en cliquant ici.