Circulation alternée : la mesure ne sera pas reconduite mardi à Paris

  • A
  • A
Circulation alternée : la mesure ne sera pas reconduite mardi à Paris
@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

ATMOSPHÈRE, ATMOSPHÈRE - La circulation alternée ne sera pas reconduite mardi à Paris en raison d'une amélioration de la situation, a annoncé lundi Ségolène Royal.

La décision était attendue, le gouvernement a tranché : la circulation alternée ne sera pas reconduite mardi à Paris et dans sa proche banlieue, a annoncé lundi la ministre de l’Écologie Ségolène Royal.

"Une amélioration de la situation". "Le seuil est en-dessous du seuil d'alerte, donc il n'y a pas de raison de continuer à faire la circulation alternée. Mais nous restons vigilants, nous suivons les procédures", a expliqué Ségolène Royal dans Europe Soir, lundi.

La circulation alternée, une mesure exceptionnelle. Le dispositif de circulation alternée avait été mis en place lundi matin. Depuis 5h30 du matin, seuls les voitures, scooters et motos immatriculés impaire peuvent circuler, ainsi que ceux bénéficiant d'une dérogation.

Le règlement de la circulation alternée consiste à interdire la circulation aux véhicules pairs durant les jours impairs, et vice et versa. Cette mesure n'avait par le passé été appliquée que deux fois : en 1997 lors d'un pic d'ozone et en mars 2014 lors d'un épisode persistant de pollution aux particules fines.

22 euros d'amende. Toute infraction à la circulation alternée est passible d'une amende de 22 euros si elle est réglée immédiatement et de 35 euros ensuite. Un conducteur récalcitrant peut voir son véhicule immobilisé ou mis en fourrière.

La circulation alternée automatique, Royal est contre. Alors que la maire de Paris, Anne Hidalgo, a demandé samedi à Manuel Valls de modifier la réglementation pour rendre automatique la circulation alternée en cas de pollution, Ségolène Royal s'oppose à cette mesure. "Ce n'est pas possible que ça soit automatique puisqu'il y a 1.800 policiers mobilisés sur la circulation alternée", a fait valoir la ministre sur Europe 1. "Ce n'est donc pas à la légère, ni sur des rumeurs, ni sur des informations non vérifiées, que l'on peut déclencher la mobilisation des moyens de l'Etat et des contraintes sur les automobilistes", a-t-elle poursuivi, prônant des "décisions éclairées, prouvées et judicieuses, que tout le monde puisse comprendre".

>> LIRE AUSSI - Île-de-France : l'épisode de pollution se poursuit

>> LIRE AUSSI - Circulation alternée refusée à Paris : Duflot tacle le gouvernement

>> LIRE AUSSI - Circulation alternée : la réponse cinglante de Royal à Duflot

>> LIRE AUSSI - Plan anti-pollution : ce qu'Hidalgo concocte pour Paris