Policiers blanchis : "un soulagement"

  • A
  • A
Policiers blanchis : "un soulagement"
Filmés par des caméras de vidéosurveillance, les policiers étaient soupçonnés d'avoir volé de l'argent dans un magasin.
Partagez sur :

EXCLU - Un des policiers filmés lors d'un "vol" raconte à Europe 1 son soulagement après le non-lieu.

"Sur le plan personnel et professionnel ça a été désastreux". Le policier revient avec amertume sur la vidéo, révélée par Europe 1, qui le montrait en compagnie d'un confrère, en train de fouiller dans les tiroirs d'une boutique parisienne et de remplir un sac avec des billets.

A l'époque des faits, en décembre 2009, les images filmées par des caméras de vidéosurveillance avait fait la une des médias. Les fonctionnaires avaient été mis en examen pour "vol en réunion par personne dépositaire de l'autorité publique" et suspendus de leurs fonctions. Un peu moins de deux ans plus tard, selon les informations révélées par Europe 1, les deux policiers ont bénéficié d'un non-lieu.

Le vol ne peut pas être établi

A l’origine de ce réquisitoire : une des quatre caméras de vidéosurveillance montre que, voyant la situation dégénérer dans la boutique, le policier a laissé tomber le sac de billets. Pas un euro n'a donc quitté le magasin. De fait, le vol ne peut pas être établi. La tentative de vol est elle-même écartée.

Si un des policiers reconnaît "des manipulations", il assure que "les images ne collent pas aux faits qui ont été énoncés, il n'y a eu aucune tentative, aucune démarche frauduleuse dans cette intervention de police".

"Il n'y a eu aucune démarche frauduleuse" :

Les deux policiers, qui ont toujours clamé leur innocence, avaient expliqué être intervenus dans ce magasin pour enquêter sur un possible trafic de passeports et n'avoir jamais eu l’intention de voler de l’argent. "Cette opération de police devait être le préalable d'une enquête plus importante", confirme le policier au micro d'Europe 1.

Une réhabilitation personnelle et professionnelle

Le fonctionnaire revient avec amertume sur ces deux années durant lesquelles il a été suspendu de ces fonctions. "J'ai été suspendu, j'ai dormi au dépôt, je n'ai pas vu mes enfants, j'ai été perquisitionné, j'ai été suspecté, isolé, mis à l'index", a-t-il raconté.

Ce dernier espère que le non-lieu prononcé va lui permettre de retrouver une vie personnelle et professionnelle plus stable. "Aujourd'hui c'est un véritable soulagement et une réhabilitation personnelle et professionnelle. Ca fait presque 15 ans que je suis policier, j'ai toujours été intègre et il n'y a aucune raison que ça change. Aujourd'hui, je n'attends qu'une chose, c'est d'être réhabilité et de pouvoir exercer mon métier avec passion comme je l'ai toujours fait", a-t-il conclu.