Poitiers : l'escroc touchait le RSA dans 10 départements

  • A
  • A
Poitiers : l'escroc touchait le RSA dans 10 départements
@ MAXPPP
Partagez sur :

Un homme a été condamné à 18 mois de prison ferme jeudi pour une vaste escroquerie à 188.000 euros.

L'INFO. Pour s'enrichir sur le dos de l'état, l'escroc avait tissé une véritable toile d'araignée. Un homme de 44 ans a été condamné à 18 mois de prison ferme jeudi à Poitiers pour une vaste escroquerie au RSA dans dix départements.

Une douzaine de fausses identités. Pour percevoir ses indemnités, l'homme se prétendait sans-abri. Il utilisait  une douzaine de fausses identités, notamment trois passeports français obtenus grâce à de faux états civils et fournissait comme adresse aux différents services administratifs des départements, celles de diverses associations caritatives. Enfin, pour percevoir l'argent, il ouvrait, toujours via ses fausses identités, de multiples comptes bancaires.

52.000 euros rien que pour la Vienne. L'homme, condamné jeudi par le tribunal correctionnel de Poitiers à deux ans et demi de prison, dont 18 mois ferme, a ainsi réussi à obtenir frauduleusement 188.000 euros au titre du Revenu de solidarité active (RSA) au détriment de dix Conseils généraux ou caisses d'allocations. Dix départements de l'Ouest de la France (Vienne, Deux-Sèvres, Charente, Charente-Maritime, Vendée, Indre-et-Loire, Sarthe, Loir-et-Cher, Loire-Atlantique, Ille-et-Vilaine) ont été floués. Jusqu'à 52.000 euros ont ainsi été frauduleusement perçus au préjudice du Conseil général de la Vienne.

Entretenir son train de vie. En janvier 2011, la police avait été alertée par le responsable d'une banque à Poitiers où l'homme souhaitait ouvrir un énième compte bancaire. Lors de son interpellation, la police a retrouvé sur lui trois passeports français, de multiples cartes bancaires et de faux papiers d'état civil. Sur les dizaines de comptes bancaires ouverts, les policiers n'ont récupéré que 20.000 euros. Pour le reste, l'escroc, qui a été également condamné à rembourser les victimes, a affirmé s'en être servi pour entretenir son train de vie.