PMA, nouvelle revendication de la gay pride

  • A
  • A
PMA, nouvelle revendication de la gay pride
@ Reuters
Partagez sur :

L'égalité pour tous et le droit à la PMA étaient au menu de la Marche des fiertés à Paris.

Le mariage pour tous s'invite à la gay pride. La marche des fiertés revêt cette année des allures de manifestation pour le mariage pour tous. Si le texte de loi en faveur du mariage pour les couples homosexuels a été définitivement adopté par l'Assemblée nationale le 23 avril dernier, le défilé n'a pour autant pas un goût de victoire. Les revendications pour l'égalité des droits des couples gays restent le mot d'ordre de cette mobilisation.

Le droit à la PMA au centre des revendications. Le slogan de la gay pride est d'ailleurs "Allons au bout de l'égalité". Une façon de mettre la pression sur le gouvernement concernant la promesse de campagne de François Hollande sur l'ouverture de la PMA aux couples de femmes. Les manifestants souhaitent en effet obtenir un calendrier précis concernant la loi sur la famille, promise par le gouvernement dans un premier temps pour mars, puis reportée dans l'attente de la position du Comité consultatif national d'éthique (CCNE). "PMA pour toutes, luttons contre le sexisme et la lesbophobie" ou "Pas d'égalité sans la PMA", proclamaient des banderoles.

"Certes, le mariage pour tous est une avancée majeure pour les droits des LGBT de ces dernières années. Pour autant, nous sommes loin d'avoir répondu à toutes les inégalités, toutes les discriminations que subissent les LGBT depuis des années", commente Nicolas Gougain porte-parole de l'Inter-LGBT, interrogé par FTVi. "Le mariage est une avancée mais il y a deux gros bémols : les six mois d’homophobie qui ne sont pas terminés et l’accès à la PMA pour les lesbiennes, sur lequel on s’est fait balader", abonde Marine Romezin, du collectif "Oui oui oui", interrogée par 20 Minutes.

>> A lire - Vers un report de la PMA ?

29.06-gay-pride-gros-930620

Les membres du gouvernement boudent la mobilisation. Pointé du doigt par les manifestants, les membres du gouvernement se sont d'ailleurs faits discret. Contrairement à l'année dernière, ni Dominique Bertinotti, ministre déléguée à la famille, ni Najat Vallaud Belkacem n'étaient présentes à la mobilisation. La porte-parole du gouvernement s'est contentée d'un tweet de soutien dans lequel elle indique : "Depuis la Charente, je souhaite à toutes et à tous une excellente marche des fiertés !".

Anne Hidalgo, Bruno Julliard et Jean-Luc Romero ont quant à eux rejoint le cortège quand les manifestants sont passés devant le local de la candidate socialiste à la ville de Paris. Le maire PS de Paris Bertrand Delanoë, le président PS du conseil régional d'Ile-de-France Jean-Paul Huchon, la ministre du Logement EELV Cécile Duflot et le premier secrétaire du PS Harlem Désir, étaient pour leur part réunis derrière une grande banderole "LGBT (Lesbienne, gays, bi et trans, ndlr), allons au bout de l'égalité".

Vincent et Bruno ont fait le déplacement. Les premiers mariés à célébrer le mariage pour tous, Vincent Autin et Bruno Boileau, ont fait le déplacement de Montpellier. "Aujourd'hui, Marche des Fiertés à Paris ! Main dans la main avec mon mari et les militants pour les droits des LGBT !", a rapporté Vincent Autin sur Twitter.

Au total, plusieurs dizaines de milliers de militants et sympathisants de la cause homosexuelle ont commencé à défiler samedi après-midi dans les rues de Paris. Sur fond de musique techno, le cortège est parti à 14 heures de la place du 18 juin 1940, dans le quartier Montparnasse. Il doit rejoindre la place de la Bastille, où se tiendra un concert de 16 heures à 21 heures.