Plus de tabac, moins de traitements

  • A
  • A
Plus de tabac, moins de traitements
@ REUTERS
Partagez sur :

La lutte contre le tabagisme marque le pas en 2009.

La lutte contre le tabagisme semble avoir marqué le pas en 2009, constate l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) dans son bilan annuel.

Les ventes en pharmacie de traitements pour l'arrêt du tabac sont tombées l'année dernière à leur niveau le plus bas depuis 2001, avec l'équivalent de 1,3 millions de mois de traitement vendus. Dans le même temps, les ventes de cigarettes sont reparties à la hausse, +2,6%.

"Industrie du tabac hyperactive"

"C'est paniquant. Les buralistes et l'industrie du tabac sont hyperactifs, comme jamais depuis 30 ans, et ça porte ses fruits", déplore Bertrand Dautzenberg, président de l'Office français de prévention du tabagisme (OFT).

Pour les industriels du tabac, augmentation des ventes ne serait pas synonyme de hausse de la consommation. Elle est due, selon eux, à une baisse parallèle des achats transfrontaliers de l'ordre de 7%, du fait de plusieurs facteurs (hausse des prix en Espagne et en Belgique, opérations ciblées de la douane...). Cette explication "demande à être vérifiée", estime l'OFDT qui précise que des analyses sont en cours pour comparer l'évolution des ventes entre les départements frontaliers et ceux les plus éloignés des frontières.

"Une évolution liée à celle des prix"

Depuis le net recul en 2003-2004, résultant des fortes hausses du prix des cigarettes, le niveau des ventes est resté relativement stable, souligne l'OFDT, pour qui "l'évolution des ventes de cigarettes semble fortement liée à celle des prix". L'augmentation du prix du paquet de 30 centimes en moyenne, intervenue en novembre dernier, "ne paraît pas encore avoir eu d'influence sur les ventes", note l'OFDT.

Les ventes de patch en chute libre

En ce qui concerne les traitements pour l'arrêt du tabac, le bilan de l'OFDT montre une évolution du marché : les substituts nicotiniques sous forme orale (pastilles, gommes...) deviennent ainsi la forme largement majoritaire (57,3% de part de marché). En revanche, les patchs, qui imposent en principe un arrêt complet et immédiat du tabac, sont en chute libre, -46,1%.

Le Champix , qui avait démarré fortement en 2007, connaît de son côté "une certaine désaffection", avec une baisse de 29% de ses ventes. La prise de ce médicament, disponible uniquement sur ordonnance, peut être associée à un risque d'idées suicidaires.

Dans les prochains mois, le tabagisme pourrait subir le contre-coup de l'arrivée d"images choc" sur les paquets de cigarettes. Annoncé initialement avant la fin de l'année 2009, la mesure a cependant été reporté, pour des "ajustements techniques", selon le ministère de la Santé.

REAGISSEZ - Pensez-vous qu'il faille augmenter significativement le prix du tabac ?