Plan Cambriolage : les trois principales mesures de Manuel Valls

  • A
  • A
Plan Cambriolage : les trois principales mesures de Manuel Valls
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le ministre de l'Intérieur a lancé mercredi un plan de lutte contre ce phénomène en hausse.

L'INFO. "Ces cambriolages à répétition ont pris une part trop importante dans la vie de nos concitoyens. Cela veut bien dire que nous devons en faire une priorité".  Manuel Valls a décrété mercredi la guerre aux cambriolages et aux vols à mains armées. Le ministre de l'Intérieur a ainsi lancé "un plan national" contre ce phénomène qui truste ces derniers mois les Unes des médias, notamment avec deux braquages à l'issue tragique à Nice et Marignane.

• Le constat en chiffres. "Depuis plus de cinq ans, le nombre des cambriolages ne cesse de progresser", a regretté Manuel Valls, citant une "hausse cumulée de 2008 à 2012" de 18% et même 44% pour les vols par effraction dans les résidences principales. Depuis début 2013, a-t-il poursuivi, leur augmentation est de 8%. Les vols à main armée ont augmenté également depuis le début de l'année  avec une évolution de +5,8% en zone police, et de +7,8% en zone gendarmerie. On compte 5.300 vols à mains armées en 2012.

 >> Le ministre a détaillé ce plan qui se constitue de 16 grandes mesures. Europe 1.fr vous en détaille les trois principales.

> Le plan national de lutte contre les cambriolages et les vols à main armée en intégralité :

   plan national de lutte contre les cambriolage et  vols à main armée by Europe1fr

• Un meilleur échange des données entre forces de l'ordre. Ce volet du plan s'articule en deux parties. Le premier consiste à dresser pour chaque département un diagnostic des faits commis : modes opératoires, délinquance implantée ou itinérante, profil des auteurs, types des victimes.  Pour quelle raison ? "Les cambriolages et les vols à main armée, ont une caractéristique commune. Ils sont souvent commis par des délinquants d'habitude qui présentent par ailleurs la caractéristique d'être très mobiles", indique Manuel Valls. "Il faut tout faire pour neutraliser ces équipes d'individus multirécidivistes capables de frapper à plusieurs reprises dans un même quartier, sur un même territoire, au cours d'une même nuit" poursuit le ministre.

police scientifique

© MAXPPP

Un tel "mapage" des faits permettrait d'en hausser le taux d'élucidation, qui est actuellement de 12%, en proposant un plan d'action ajusté aux besoins précis du territoire.  La seconde partie de cette mesure consiste à "renforcer la coordination entre tous les services et toutes les unités concernées : cellule anti-cambriolage, service territoriaux de police judiciaire, sûreté départementale, sûreté urbaine, section de recherche, brigade de recherche, service du renseignement territorial", précise Manuel Valls qui explique que "toutes les informations et tous les renseignements seront échangés et croisés". "La documentation criminelle détenue par chacun sera partagée", précise le ministre.

•  Deux mesures concrètes pour protéger les commerçants. 57% du nombre total des vols à mains armées concerne les commerces. Il y a 15 ans cette proportion s’établissait  à 44%. Dans cette mesure, que faire pour protéger les commerçants ? Le plan propose deux solutions concrètes, l'une d'alerte, l'autre de prévention et d'aide à l'élucidation.

– La première solution technique consiste à permettre aux commerçants qui le désirent, d'être en lien direct avec les forces de l'ordre : "le bouton d'alerte 17". Concrètement, "les commerçants d’un secteur géographique ou d’une profession particulièrement exposés seront autorisés à se doter d’un dispositif d’alerte aboutissant directement au centre opérationnel départemental de la police ou de la gendarmerie". L'utilité est simple : réduire les délais d'interventions  en flagrant délit.

24.11 smartwater 930620

© CAPTURE ECRAN YOUTUBE

– La seconde consiste à faciliter pour les commerçants le recours aux dispositifs de marquage invisible, dit d'ADN chimique. Ce dispositif consiste à pulvériser une substance inoffensive et invisible sur le malfaiteur, marqué pour une durée de 6 mois. "Un tel dispositif est très utile pour l'élucidation puisque les auteurs ainsi marqués pourront être reconnus sans marge d'erreur. Mais il s'agit également d'une mesure extrêmement dissuasive. Depuis deux ans une expérimentation de ce type a été menée dans un grand centre commercial de Seine-Saint-Denis", note Manuel Valls. Le plan préconise ainsi de doter les services de police de dispositifs de lecture de ces marques et d'alléger les coûts d'investissements pour les commerçants.

>> A LIRE AUSSI - L'ADN chimique, une arme anti-braquage

• La mobilisation de tous les concitoyens. "La majeure partie des interpellations de cambrioleurs en flagrant délit intervient à la suite d'une intrusion suspecte signalée par le voisinage", a rappelé mercredi Manuel Valls. Le plan préconise ainsi  de lancer une "campagne d'information citoyenne sur l'appel du 17 police-secours/112. Cette campagne s'accompagnera également de conseils prodigués par les assureurs des particuliers sur la conduite à suivre en cas de cambriolage pour préserver "les traces et indices".