Plainte contre la fermeture d'une unité pour enfants cancéreux

  • A
  • A
Plainte contre la fermeture d'une unité pour enfants cancéreux
@ MAXPPP
Partagez sur :

SANTÉ - Des parents d'enfants atteints de cancer qui dénoncent la fermeture de l'unité d'oncologie pédiatrique de l'hôpital de Garches.

Une plainte contre X a été déposée à Nanterre pour "délaissement" par des parents d'enfants atteints de cancer. Ils dénoncent la fermeture de l'unité d'oncologie pédiatrique de l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches, dans les Hauts-de-Seine. Ce petit service, en manque d'effectifs, va être fermé après le départ à la retraite, prévu en juillet, de la pédiatre et cancérologue Nicole Delépine, qui le dirige depuis 2004.

"L'équipe de Garches n'est pas suffisante et aucun candidat ne peut actuellement remplacer Nicole Delépine", a expliqué mercredi le pédiatre Bertand Chevallier, chef du pôle pédiatrique des hôpitaux Île-de-France Ouest. "Les familles des malades qui le souhaiteront se verront proposer un transfert de leur enfant dans le service de pédiatrie de l'hôpital Ambroise-Paré de Boulogne-Billancourt", ajoute-t-il.

La fermeture de l'unité a provoqué la colère de parents regroupés au sein de l'association Ametist, à l'origine de la plainte déposée mardi devant le tribunal de grande instance de Nanterre. "Les méthodes spécifiques pour soigner les malades à Garches ne seront pas mises en pratique à Boulogne. Nous voulons simplement pouvoir choisir la médecine utilisée pour soigner nos enfants", souligne Raymonde Guignard chez Ametist.

L'unité de Nicole Delépine se veut en effet "unique en France". Elle privilégie notamment des traitements individualisés pour chaque malade par rapport à des protocoles standardisés. "Dans les autres centres d'oncologie pédiatrique, les médecins dispensent leurs soins selon des protocoles codifiés élaborés par un organisme national", la société française de lutte contre les cancers et leucémies de l'enfant et de l'adolescent (SFCE), relève Nicole Delépine. "Nous nous engageons à ce que les enfants qui ont démarré un traitement particulier à Garches le poursuivent. Pour les autres, tous les protocoles proposés se feront avec l'accord des familles", assure Bertand Chevallier.