Procès Pistorius : verdict attendu le 11 septembre

  • A
  • A
Procès Pistorius : verdict attendu le 11 septembre
Depuis le 3 mars, le tribunal de Pretoria a siégé 41 jours au total pour juger le champion paralympique sud-africain.@ Reuters
Partagez sur :

Le procès du champion paralympique sud-africain s'est achevé après plus de cinq mois d'instruction. 

L'INFO. Au dernier jour du procès d'Oscar Pistorius, la juge Thokozile Masipa a annoncé qu'elle rendra son verdict le 11 septembre, clôturant un procès fleuve de plus cinq mois. Le parquet a requis une condamnation pour meurtre, tandis que la défense a soutenu la thèse de l'accident. 

Une condamnation pour meurtre requise. La veille, le redoutable procureur Gerrie Nel, surnommé "le pitbull", avait requis un verdict de meurtre. Il s'est efforcé de démontrer que Pistorius a tué sa compagne dans un accès de colère, alors qu'elle venait de se réfugier aux toilettes pour lui échapper. Vendredi, c'était au tour de la défense de s'exprimer. Dans le style plus rond, l'avocat de l'athlète, Barry Roux a cherché à démonter un à un les arguments du parquet, pour construire un récit qui correspond exactement à la version de l'accusé.

>> A lire aussi : Au procès Pistorius, taches de sang et carte de St-Valentin

Pistorius affirme qu'il ignorait que Reeva Steenkamp se trouvait aux toilettes peu après 3 heures du matin, cette nuit-là. Il dit avoir entendu un bruit et cru qu'un cambrioleur s'était introduit dans sa maison. Pris de panique, il a saisi une arme et a fait feu sur la porte des toilettes. Tuant "par erreur" la jeune mannequin de 29 ans qu'il fréquentait depuis quelques semaines.

>> A lire aussi : Oscar Pistorius avait toute sa tête au moment du meurtre

Depuis le 3 mars, le tribunal de Pretoria a siégé 41 jours au total pour juger le champion paralympique sud-africain, qui a abattu sa compagne Reeva Steenkamp de quatre balles tirées à travers une porte de toilettes, dans la nuit de la Saint-Valentin 2013. Oscar Pistorius risque une peine incompressible de vingt-cinq ans de prison s'il est reconnu coupable d'assassinat.