Piratage : Hadopi crie victoire mais…

  • A
  • A
Piratage : Hadopi crie victoire mais…
@ MAXPPP
Partagez sur :

Elle assure que le téléchargement illégal recule mais ses radars ignorent les nouveaux usages.

Alors que son existence même est remise en cause par de nombreux candidats à l’élection présidentielle, l’Hadopi a dressé mardi un bilan de son activité depuis son lancement. Pour la Haute autorité, le constat est sans appel : dissuadés, la majorité des internautes français ont renoncé au téléchargement illégal. Une conclusion peut-être trop hâtive ?

SATISFECIT DE L'HADOPI

Le téléchargement en Peer-to-peer recule. Craignant d’être attrapés, les Internautes ont délaissé les réseaux de peer-to-peer, de type eMule, où les différents membres s’échangeaient des fichiers. "La comparaison entre les différentes sources disponibles met en évidence une nette tendance au recul du téléchargement en peer-to-peer (P2P)", indique l'Hadopi.

Et l’offre se raréfie. Hadopi s’appuie aussi sur d’autres études qui étayent son argumentaire et viennent "attester d'une baisse du P2P". Selon des chiffres d’audience Nielsen, la fréquentation des sites proposant des liens vers des fichiers et applications peer-to-peer a ainsi baissé d'environ 17% en 2011. Selon Peer Media Technologies, les mises à disposition illicites d’œuvres sur les réseaux P2P en France ont baissé d'environ 43% en 2011.

Les internautes alertés arrêtent. Entre octobre 2010 et décembre 2011, parmi les 755.015 abonnés ayant reçu au moins une recommandation, 95% de ceux ayant reçu le premier rappel ne se sont pas vus reprocher de nouveau comportement illicite. C'est le cas de 92% de ceux ayant reçu un deuxième rappel, et de 98% de ceux ayant reçu une troisième recommandation, indique l'Hadopi, qui y voit la preuve que "la réception d'une recommandation entraîne un changement de comportement".

Sarkozy fier de sa réalisation. Aux yeux de Nicolas Sarkozy, ces résultats marquent "la réussite du pari de la pédagogie" et traduisent "un changement majeur dans les comportements des internautes". "Grâce au succès de la ‘réponse graduée’ qui se diffuse largement à l'étranger, la France dispose d'une crédibilité très forte", a poursuivi le président-candidat.

MAIS LES INTERNAUTES ONT DÉJÀ MIGRÉ

Mais les internautes ont déjà migré. Foncièrement, l’affirmation de l’Hadopi est juste : le téléchargement en P2P a baissé, comme en attestent d’autres études. Mais recul du P2P ne signifie pas baisse du piratage. Sachant que l’Hadopi était dotée d’outils pour espionner les réseaux de P2P, de nombreux internautes ont opté pour d’autres solutions : le streaming et le téléchargement direct via des hébergeurs en ligne a explosé.

Le streaming, nouvel El Dorado. Pourquoi prendre de la place sur son disque dur et risquer de se faire attraper lorsqu’on peut visionner directement en ligne son film ou sa série ? Tel est le raisonnement suivi par de nombreux internautes français qui ont délaissé les réseaux P2P pour se convertir au streaming, notamment sur Megavideo. En comparant l’évolution des audiences du P2P et celles du streaming, on constate d’ailleurs que la nouvelle solution a remplacé la précédente, comme le relève Le Figaro.

Sans compter le téléchargement direct de type Megaupload.L’émoi provoqué par la fermeture de Megaupload est d’ailleurs un autre indicateur des limites de l’Hadopi, qui ne surveille pas ces plate-formes. Résultat, leur audience a explosé et notamment celle de Megaupload, qui était devenu trop important pour ne pas être remarquée. Megaupload fermé, il existe toujours une myriade d’alternatives : Filesonic, Deposit File ou encore Mirorii. Et le temps que les autorités surveillent ou fassent fermer ces sites, d’autres solutions techniques auront probablement vu le jour.