Pierre, ex-prêtre marié : "on reste humain"

  • A
  • A
Pierre, ex-prêtre marié : "on reste humain"
Image d'illustration.@ REUTERS
Partagez sur :

TEMOIGNAGE E1 - Pierre Blanc a quitté le ministère en 2010 pour se marier avec Christine.

"Au départ, je me suis dis : au moins, avec Pierre, je ne risque pas de tomber amoureuse !". Christine n'aurait pas pu mieux se tromper. En 1998, cette mère divorcée est allée inscrire ses enfants en 1998 au catéchisme dans sa paroisse. Elle y rencontre Pierre, 41 ans et prêtre depuis quatorze ans. Au cours des années, leur amitié ne cesse de grandir jusqu'à pousser Pierre à décider de quitter le ministère en 2010.

"On essaie de ne pas déraper..." Alors que le numéro deux du Vatican, Pietro Parolin a ouvert la porte à une discussion sur le célibat des prêtres, Pierre, invité sur Europe 1 vendredi matin, revient sur sa "prise de conscience", en 2010 : "J'ai ouvert les yeux : Christine est très importante pour moi, plus qu'une amitié", raconte-t-il. Le couple s'est déjà formé : "Il y a la règle du célibat, mais on reste humain. Il y a des désirs, des tentations, on essaie de ne pas déraper..." Pour Pierre, c'est "toute une remise en cause". "Nous avions trois solutions", liste Christine à ses côtés. "Tout arrêter - nous n'y sommes pas arrivés -, quitter le ministère ou vivre cachés. Nous avons rejeté cette troisième idée : mes enfants n'ont pas voulu que nous vivions une double vie."

>> Réécouter l'interview de Pierre et Christine sur Europe 1 :


"Nous sommes un couple normal". Pierre, pendant ce temps, rencontre plusieurs fois l'évêque qui lui rappelle son engagement et l'incite à couper le contact avec Christine. Pendant leurs entretiens, la même phrase revient dans la bouche de l'évêque : "un prêtre qui quitte le ministère pour se marier est malheureux", rapporte Christine. "Cette question m'a hantée tout l'été 2010", avoue-t-elle. "Je ne voulais pas être la source du malheur de Pierre. Cette "épée de Damoclès" ne semble plus peser au-dessus du couple : "aujourd'hui, nous témoignons. Non, un prêtre qui quitte le ministère n'est pas forcément malheureux. Nous sommes un couple normal", affirme Christine.

"Je ne pense pas que l'Eglise soit prête". "J'ai toujours rêvé que les deux soient possible : mon ministère et mon amour pour Christine", poursuit Pierre. "Soit j'attendais que l'institution change, mais je risquais d'attendre longtemps avant cela... J'ai pris la décision. Je n'en veux pas à l'Eglise, j'assume ma décision." Quand à la proposition de Pietro Parlolin, Pierre se montre plutôt sceptique : "je souhaite que l'Eglise change mais je ne pense pas qu'elle soit prête.  Je pense que le premier pas qui se fera dans la dizaine d'années à venir sera d'ordonner des hommes mariés au sacerdoce."

La question concerne en tout cas plus d'hommes d'Eglise qu'on ne le pense, assure Pierre : après son changement de vie, beaucoup de prêtres l'ont contacté. "Je pensais que quelques-uns avaient une vie cachée, mais beaucoup plus que je croyais sont dans cette situation", assure-t-il.