Peut-on parler de canicule ?

  • A
  • A
Peut-on parler de canicule ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

Des températures pouvant atteindre 37°C sont attendues dans certaines régions de France.

Le thermomètre grimpe, grimpe, grimpe. Pourtant, alors que des températures pouvant atteindre 37°C sont attendues dans certaines régions de France, Météo France se refuse à parler d'une canicule. Explications.

Un épisode de fortes chaleurs… Depuis début juillet, quelques villes connaissent un ensoleillement supérieur à la normale. C'est le cas de Caen, qui a vu le soleil briller 54 % de plus que traditionnellement, de Paris (50 % de plus), de Rennes et Strasbourg (43 % de plus) et de Bordeaux (40 % de plus). Ceci a un impact sur les températures : lundi, Météo France s'attend à la journée la plus chaude depuis le début du mois. Les températures devraient atteindre 35°C à Paris, tout comme à Lyon et Clermont-Ferrand et pourraient même grimper jusqu'à 37°C en Provence et localement dans le Sud-Ouest. Un niveau de chaleur qui explique que l'Île-de-France et la région lyonnaise aient été placées en vigilance jaune canicule.

Laurent Cabrol explique pour Europe 1 pourquoi ces températures élevées ne correspondent pas à la définition d'une canicule :

… insuffisant pour parler de canicule. Pour autant, les météorologues se refusent à parler d'une canicule. En effet, le terme correspond à une définition très précise. Il faut des températures élevées, avec des écarts faibles entre le jour et la nuit, ce pendant au moins trois jours consécutifs. Or ces conditions ne sont pas remplies.

D'abord parce que les températures se situent pour l'instant en-deçà de celles connues lors des précédents épisodes caniculaires, notamment celui de l'été 2003 : cette année, les moyennes se situent entre 30 et 33°C, alors qu'il y a dix ans, elles étaient de 36 à 38°C.

>> A LIRE AUSSI : Que faut-il manger pendant une vague de chaleur ?

Ensuite, parce que la canicule ne se mesure pas en données brutes, mais en termes de différences de chaleur entre le jour et la nuit. Or, dans la plupart des régions de France, les écarts de températures entre jour et nuit restent élevés. Albi, par exemple, qui devrait être la ville la plus chaude lundi avec une maximale à 36°C, n'affiche "que" 17°C le matin. Insuffisant pour pouvoir parler de canicule, même si Paris fait figure d'exception, avec 24°C relevés lundi matin.

Enfin, parce qu'il faut au moins trois jours consécutifs de températures élevées. Et là encore, si la journée de lundi promet d'être très chaude, l'épisode ne devrait pas durer : Météo France attend en effet une baisse des températures dès mardi, tandis que des orages devraient traverser la France dans la nuit de mercredi à jeudi.