Peu de perturbations dans les transports

  • A
  • A
Peu de perturbations dans les transports
Le trafic est pour l'instant faiblement perturbé@ REUTERS
Partagez sur :

La journée pour "une autre répartition des richesses" a été peu suivie. Et les transports ont roulé.

C'était la première mobilisation générale de la rentrée. La journée nationale interprofessionnelle d'action organisée mardi dans toute la France pour "une autre répartition des richesses" a finalement été peu suivie, et son impact sur les transports est restée limitée. Outre les quelque 200 manifestations organisées dans toute la France, la grève a eu quelques répercussions sur les transports, l'éducation, les services publics mais aussi des entreprises privées.

SNCF. A la mi-journée, le taux de participation à la grève a été estimé à 20,57%. Il a été de 25% selon la CGT Cheminots. Le trafic a été "extrêmement conforme" aux prévisions, a précisé mardi la compagnie de transports ferroviaires. Le préavis de grève s'achèvera mercredi à 8h. Le trafic est donc annoncé normal pour la journée de mercredi.

RER A et E. Aucune perturbation n'a été constatée sur les RER A et E. Sur la ligne D, il a fallu un temps compter 2 trains sur 3 en moyenne, avec interconnexion entre Paris-Lyon et Paris Nord, et pour le RER B et C, 1 train sur 2 en moyenne, sans interconnexion RATP à Paris Nord. Le trafic est désormais normal.

Aucun Lunea (trafic national de nuit) ne circulera la nuit de mardi à mercredi.

Liaisons internationales. Le trafic est normal sur l'Eurostar et Thalys et quasi normal sur Lyria.

RATP. Le trafic est désormais normal ou quasi-normal.  A l'exception de SUD-RATP, aucune organisation n'a appelé à cesser le travail. Mardi soir, seuls trois RER A circulaient, et l'interconnexion restait suspendue à la station Gare du Nord. Le trafic était normal pour tout le reste du réseau.  Un numéro vert est mis à disposition des voyageurs, le 0 800 15 11 11.

Enseignement privé et public. Plusieurs lycées parisiens ont été bloqués mardi matin à l'appel de l'UNL, principal syndicat lycéen, pour dénoncer les conditions de rentrée, mais plusieurs tentatives de blocages ont échoué, découragées ou empêchées par des policiers déployés devant les établissements. "Dans toute la France, au total, 9.500 lycéens ont défilé et 125 lycées ont été bloqués ou étaient le théâtre d'assemblées générales", pour dénoncer les conditions de rentrée "déplorables", a assuré Victor Colombani, président de l'UNL.

La fonction publique territoriale. Les 1,8 million d'agents avaient été appelés à cesser le travail. Au total, il y a eu 6,8% de grévistes dans la Territoriale, 3,83% pour l'Hospitalière et 4,17% dans la Fonction publique de l’Etat (3,25 % dans l'Education nationale). A la Poste, le taux de grévistes était de 6,91% à 10 heures, de 6,08% à Pôle emploi le matin, selon les directions respectives. Toutes les cantines scolaires étaient par ailleurs fermées à Toulouse et Montpellier, 43 à Bordeaux, selon la CGT.