Petite peine pour 500 excès de vitesse

  • A
  • A
Petite peine pour 500 excès de vitesse
@ MAXPPP
Partagez sur :

Uniquement jugé pour 11 infractions, Yossef G. écope de 6 mois de suspension de permis.

2.200 euros d’amende et six mois de suspension de permis, il s'en sort plutôt bien pour 500 excès de vitesse. Et pourtant, c’est la peine à laquelle vient d’être condamné Yossef G. par le tribunal de Juvisy-sur-Orge, en Essonne.

L'entrepreneur de 27 ans est soupçonné par les policiers d’avoir commis 484 infractions routières, alors qu’il roulait dans un cabriolet de location immatriculé au Luxembourg. Seuls 198 excès de vitesse ont pu être examinés par les enquêteurs, les autres infractions étant prescrites. Mais ils n’en ont retenus que onze faute d’éléments probants : 5 excès de vitesse et deux usages du téléphone au volant.

Yossef G. a nié les accusations et être propriétaire de la voiture, reconnaissant seulement en être un conducteur. Il a assuré que "tout est coïncidence". Pourtant la voiture a été déposée à cinq reprises chez un garagiste avec son numéro de téléphone personnel et, d’autre part, son mobile a activé les bornes autour des radars lorsqu'il a été flashé. Le ministère public avait requis 7.800 euros d’amende et 3 ans de suspension de permis. Il a évoqué "le record de France, un triste record" du nombre d'infractions pour excès de vitesse.

Un policier à l'origine du procès

En temps normal, quand une voiture étrangère est flashée par un radar automatique, le PV part à la poubelle. Il n'y a aucun moyen de retrouver le conducteur. Sans le flair d’un policier, le chauffard n’aurait probablement jamais été jugé. Le policier a mis son grain de sel au début de l'année. Il était intrigué par ce cabriolet photographié 500 fois en quatre ans, presque toujours dans le Sud-Est parisien. Pas de doute, pour cet agent, le conducteur habitait dans la région.

4 enquêteurs sur le coup

Quatre enquêteurs se sont mis alors à la recherche du fou du volant. Le Luxembourg, où la voiture a été louée, n'a pu les aider. Les fonctionnaires ont alors fait avec les moyens du bord. Ils ont trouvé trois garages où le cabriolet a été entretenu et se sont aperçus aussi que la voiture a été arrêtée une fois, par une patrouille. Tout les a alors amené vers Yossef G..