Père retranché : l'exécutif mobilisé

  • A
  • A
Père retranché : l'exécutif mobilisé
@ MAXPPP
Partagez sur :

Christiane Taubira reçoit SOS Papa lundi. La ministre de la Famille, elle, prône un système de "médiation".

L’INFO. L’affaire du père retranché sur une grue à Nantes pour obtenir un droit de visite de son fils prend une tournure politique. Jean-Marc Ayrault a demandé à la ministre de la Justice, Christiane Taubira, et à la ministre déléguée à la Famille, Dominique Bertinotti, de recevoir cette semaine l'association "SOS Papa et d'autres associations de défense des droits des pères", a fait savoir Matignon dimanche. La garde des Sceaux recevra lundi à 15 heures au ministère de la Justice les associations soutenant l'action du père divorcé.
>> A lire aussi - Garde d'enfants : tous égaux devant le divorce ?

Les requêtes des pères. Les associations de défense des pères, comme SOS Papa réclament l’instauration comme règle automatique de la résidence alternée lors de la séparation des parents. "SOS Papa revendique la résidence alternée comme principe de base à la séparation des parents", explique l’association sur son site Internet. L'association demande également, au nom de la "transparence", la publication mensuelle des statistiques de décisions en matière d'attribution de la résidence des enfants et de l'exercice de l'autorité parentale qui selon elle, "fait cruellement défaut aujourd'hui".

>>> A LIRE AUSSI : Qui est le père retranché ?

Bertinotti prône la médiation. "Il n'y a pas un système qui puisse l'emporter sur un autre. Je plaide pour un système de médiation familiale", a réagi Dominique Bertinotti, ministre déléguée à la Famille, lundi matin sur Europe 1. La ministre a ainsi balayé la préconisation de la règle automatique de la résidence alternée.

Pour la ministre, "notre système en France manque d'un véritable système de médiation familiale. Au Québec, c'est quelque chose qui fonctionne. En France, seuls 4 à 8% des divorces ont fait l'objet d'une médiation", a-t-elle précisé en estimant "qu'il faut un plus grand nombre de professionnels de la médiation" et "mettre les parents autour d'une même table". La Justice ne devrait intervenir qu'au final, après ce système de médiation", a-t-elle encore souligné.