Pénurie : vos questions, nos réponses

  • A
  • A
Pénurie : vos questions, nos réponses
@ MAXPPP
Partagez sur :

Faut-il se ruer faire le plein ? L’Etat doit-il débloquer les stocks ? Europe1.fr vous répond.

De plus en plus de stations-service affichent des files d'attente interminables (ou sont carrément fermées) et les blocages de dépôts de carburants se poursuivent. Alors pour ne pas se retrouver à sec, quelques conseils pour continuer à vivre normalement, malgré le manque d'essence.

Où me renseigner pour trouver les stations qui distribuent encore de l’essence ?

Sur le net. Près de 4.000 stations-service, sur les 12.500 que compte l’Hexagone, sont à sec. Alors, plutôt que de partir à l’aventure, pour connaître celles qui disposent encore de carburants, consulter notre article ci-dessous :CLIQUEZ ICI.

Faut-il courir faire le plein ?

Il y a deux tactiques. Soit vous décidez de la jouer collectif et faites le plein au compte-goutte afin que chacun puisse avoir un peu d’essence. Soit vous la jouez solo en courant à la station-service faire le plein au plus vite et en remplissant quelques bidons supplémentaires au cas où. Mais il semblerait que la majorité des automobilistes a déjà opté pour la deuxième solution. Alors que François Fillon déclarait dimanche soir sur TF1 : "je ne laisserai pas l’économie française étouffer par un blocage de l’approvisionnement en carburant", des milliers d’automobilistes se sont rués dans les sur les 12500 stations-service françaises le week-end dernier. Et l'effet boule de neige continue depuis le début de la semaine.

Ce reportage diffusé sur BFMTV montre des stations-service prises d’assaut :

Si je n’ai plus d’essence, ai-je le droit de demander à faire du télétravail ?

C’est le flou juridique. "Pour le moment, il n’existe aucun texte sur le sujet", assure à Europe1.fr, Philippe Planterose, président de l’Association Française du Télétravail et des Téléactivités. Selon la loi, seul le gouvernement peut considérer la pénurie d’essence comme un cas de force majeure et encourager le télétravail. Une telle recommandation avait par exemple était faite, en août 2009, en vue de la pandémie de grippe A. Concrètement, si vous ne pouvez pas vous rendre à votre travail, vous pouvez demander à votre employeur une autorisation expresse de télétravail. Le demande doit être écrite et la réponse également. "Cela équivaut à un avenant à un contrat de travail", indique Philippe Planterose. Avant de faire une telle demande, quelques précautions s’imposent : vérifier la sécurité de sa connexion internet, vérifier que l’on peut se connecter au serveur de l’entreprise et prendre soin de s’envoyer au préalable les documents sur lesquels on veut travailler.

Quand les stocks stratégiques peuvent-ils être débloqués ?

En cas d’extrême urgence. Les stocks stratégiques de pétrole constituent l’ultime recours pour le gouvernement. Ils sont destinés à faire face à une crise internationale d’approvisionnement. En tant que membre de l’Agence internationale de l’énergie (AIEA) et de l’Union européenne, la France s’est engagée à constituer des stocks de produits pétroliers qui représentent 90 jours d'importation nette. Pour les débloquer, le gouvernement doit, à la fois, informer la Commission européenne et obtenir l'approbation de l'Agence internationale de l'Energie. Cette dernière ne valide la demande de l'Etat qu'en cas de perturbation majeure de l'approvisionnement. Leur dernière utilisation remonte à 2005, suite aux dégâts causés par les ouragans Katrina et Rita sur les plates-formes pétrolières du Golfe du Mexique.

Quels sont les stocks que l’Etat a débloqués jeudi dernier ?

Il s’agit des stocks de réserve. Jeudi dernier, le gouvernement a décidé d'autoriser leur ouverture pour les transporteurs routiers. Ces stocks de précaution correspondent à onze jours de consommation en France. Ils sont détenus par les opérateurs et n'ont rien à voir avec les réserves stratégiques.

La France a-t-elle déjà connue une pénurie d’essence ?

Oui. La France a déjà connu une période de pénurie de carburants. C’était en mai 1968. Après l'appel à la grève générale, 9 millions de personnes ont arrêté de travailler, stoppant net tout ravitaillement des stations-service. C’est la seule fois où la France a été totalement privée de carburants. D’autres périodes de pénurie ont déjà eu lieu mais de manière très localisée.