"Passer à poil, c'est un peu beaucoup"

  • A
  • A
"Passer à poil, c'est un peu beaucoup"
@ MaxPPP
Partagez sur :

A Roissy, les premiers passagers ont expérimenté le scanner corporel lundi.

Portail à ondes millimétriques ou fouille corporelle ? C’est le choix qui est laissé depuis lundi matin à certains passagers embarquant pour les Etats-Unis, au départ de l’aéroport parisien Roissy-Charles de Gaulle. Et les premiers à qui la question a été posée sont les passagers du vol Paris-Miami de 10h50.

Jambes écartées et bras en l’air pendant quelques secondes : nombreux sont ceux qui ont choisi la file du scanner corporel. Un à un, ils ont ainsi défilé dans l’appareil. "Ca dure une seconde. Mais ce n’est pas forcément plus rapide puisqu’il faut encore enlever ceinture et vêtements", a raconté Jean-Claude.

L’image du passager prise par le portail est ensuite analysée à l’étage inférieur. Deux contrôles sont effectués : une analyse automatique par ordinateur et un contrôle visuel. Si un objet suspect ou une tâche particulière sont repérés, une image synthétisée représentant le corps du passager est renvoyée aux employés se chargeant des palpations, avec mention en rouge des parties du corps qui doivent être contrôlées.

Aucune trace du passager n’est conservée. Le schéma est aussitôt effacé. Tout est fait pour éviter toute forme de voyeurisme.

Les avis sont partagés

"La vision, que l’on a à la sortie du scanner, reste une vision modélisée et numérique. Je ne vois pas en quoi on viole notre intimité", explique Philippe. Un avis qui n’est pas partagé par tous les passagers apparemment. Brigitte a choisi la file classique de la fouille corporelle, "pour ne pas passer à poil tout simplement. La palpation est suffisante, je crois. Pour moi, c’est un peu beaucoup !".

Reste à la DGAC de décider du devenir de ce portail. Et pour cela, les réactions des passagers vont être analysées, ainsi que son efficacité notamment en termes de rapidité par rapport à la classique fouille corporelle.

Cette expérimentation est mise en place après l'attentat manqué le jour de Noël à bord d'un vol Amsterdam-Détroit.

REAGISSEZ - Et vous, aimeriez-vous passer sous le scanner ?