Pas si facile d’être "aidée" par l’Elysée

  • A
  • A
Pas si facile d’être "aidée" par l’Elysée
@ Capture ecran TF1
Partagez sur :

Nathalie Perriot, invitée de Face aux Français, dit ne pas avoir été aidée pour trouver un emploi.

Alors que Nicolas Sarkozy s'apprête à renouveler l'exercice Face aux Français jeudi soir sur TF1, Europe 1 est revenu mercredi matin sur le parcours de trois "intervieweurs" du chef de l’Etat lors de la première émission, en 2010. Parmi eux, Nathalie Perriot. Cette jeune diplômée de 26 ans, titulaire d'un Bac + 5, était au chômage à l'époque de l'émission. Elle a finalement retrouvé du travail. Non sans difficultés.

L’Elysée assure avoir remué "ciel et terre"

Hors antenne, le président lui avait présenté son conseiller en communication, lui faisant la promesse qu'il l'aiderait dans sa recherche d'emploi. Certes, l’Elysée l’a aidé mais pas à la hauteur de ses espérances, a confié la jeune femme à Europe 1. A l'Elysée, on assure au contraire avoir remué "ciel et terre" pour aider Nathalie Perriot dans sa recherche d’emploi.

Un coup de pouce pénalisant, selon la jeune femme

La jeune femme a d’abord été reçue à l’Elysée, une semaine après l'émission. Ensuite, les conseillers en communication de Nicolas Sarkozy sont intervenus en sa faveur auprès de Guilllaume Pépy, le patron de la SNCF, dans une lettre datée du 10 février 2010. Nathalie Perriot confirme avoir été reçue pour un premier entretien, un mois après. Mais l’entrevue ne s’est pas bien passée, explique-t-elle. La lettre envoyée par l’Elysée "l’aurait plus pénalisé qu’autre chose", l’adjointe du directeur des ressources humaines n’ayant pas apprécié le fait que l’Elysée ait envoyé une lettre, affirme la jeune femme.

Un CDD de trois mois à la SNCF

Après deux entretiens à la SNCF, la jeune femme s'est finalement vu proposer un CDD de trois mois pour, lui a-t-on dit à la SNCF, "clôturer cette affaire avec l'Elysée". Nathalie Perriot termine aujourd’hui sa dernière mission d'intérim. Elle fera peut-être ensuite son CDD de trois mois au sein de l’entreprise ferroviaire. Sans se faire d’illusion sur la suite.