Pas de tutelle pour Liliane Bettencourt

  • A
  • A
Pas de tutelle pour Liliane Bettencourt
@ MAXPPP
Partagez sur :

L’héritière de L’Oréal échappe une fois de plus à la mise sous tutelle demandée par sa fille.

Les enregistrements clandestins de conversations entre la milliardaire et son entourage n’ont pas suffi. Le procureur Courroye a jugé irrecevable en l'état la demande de saisine du juge des tutelles déposée par la fille de Liliane Bettencourt. Françoise Bettencourt-Meyers, avait fait une nouvelle requête le 13 juillet, en s’appuyant sur les conversations enregistrées par un majordome pour prouver la fragilité de l’héritière de L’Oréal.

L’absence de certificat médical

"Le Procureur a indiqué avoir invité le conseil de Madame Françoise Bettencourt à saisir de nouveau le juge des tutelles (...) mais en joignant le certificat médical requis" pour cette procédure, a affirmé le parquet. "En l'absence de cette pièce, aucune suite ne pourrait être envisagée, la requête donnerait lieu à la même ordonnance d'irrecevabilité de la part du Juge des tutelles que celle rendue en décembre 2009", a-t-il ajouté.

Metzner accuse le parquet

Me Olivier Metzner, l'avocat de Françoise Bettencourt-Meyers, a accusé le parquet de Nanterre de ne pas faire face à ses obligations concernant la protection de la milliardaire. Pour le magistrat, "le parquet a peur que le juge des tutelles étant saisi, ordonne une expertise, et que celle-ci aboutisse à constater ce que nous prétendons depuis longtemps, l'état de faiblesse de Liliane Bettencourt".

Françoise Bettencourt-Meyers avait déjà tenté une démarche similaire en décembre 2009, en saisissant directement le juge des tutelles de Neuilly-sur-Seine. Ce dernier avait refusé d'ouvrir une procédure en ce sens en raison de l'absence d'expertise médicale de la milliardaire.

"Un acharnement ignoble"

La nouvelle demande de mise sous tutelle avait "scandalisé" Liliane Bettencourt. C'est un acharnement ignoble de la part de celle qui prétend me protéger à longueur de pages de journaux. Ma fille pourrait attendre patiemment ma mort au lieu de tout faire pour la précipiter", avait-elle expliqué la semaine dernière. Elle avait néanmoins déclaré qu’elle voulait "bien avoir une expertise médicale". Mais "je ne veux pas qu'elle (ma fille, ndlr) m'influence", avait-elle ajouté.