Pas de "théorie du genre" au lycée ?

  • A
  • A
Pas de "théorie du genre" au lycée ?
La présidente du Parti Chrétien-Démocrate@ MAXPPP
Partagez sur :

Christine Boutin a écrit au ministre de l'Éducation pour protester contre son enseignement.

La "théorie du gender" ou "théorie du genre" fait polémique. Alors que l'étude des inégalités sociales hommes-femmes a officiellement été inscrite au programme des Sciences de la vie et de la terre des classes de Première, la présidente du Parti Chrétien-Démocrate, Christine Boutin, a écrit une lettre de protestation au ministre de l'Éducation nationale Luc Chatel.

"Il est impensable que ce qui ne représente qu’une option philosophique parmi tant d’autres soit présenté à des adolescents comme une explication scientifique: cela les incite à adhérer à une vision de l’homme et de sa sexualité qui non seulement est profondément contestable, mais qu’il ne relève pas du rôle de l’Education nationale d’inculquer", fait valoir l'ex-ministre du Logement.

"Je n’accepte pas que les parents soient ainsi dépossédés de leur rôle d’éducateurs, poursuit la présidente du Parti Chrétien-Démocrate : c’est à eux qu’il revient de prendre en charge l’éducation affective et sexuelle de leurs enfants. L’Etat n’a pas le droit de s’attribuer ce rôle et de s’immiscer ainsi dans la formation de la conscience des jeunes".

Levée de boucliers des associations catholiques

L'enseignement catholique a également vivement protesté. Dans une lettre envoyée le 27 mai aux directeurs diocésains de l'enseignement catholique, révélée jeudi par Le Figaro, Claude Berruer, adjoint au secrétaire général de l'enseignement catholique, dénonce la théorie du genre.

"L'identité masculine ou féminine, selon cette théorie, n'est donc pas une donnée anthropologique, mais une orientation", critique la lettre. "Il est donc utile d'attirer l'attention des chefs d'établissement sur le discernement à apporter dans le choix des manuels pour cette discipline". "La théorie du genre, c'est que chacun choisit son identité sexuelle. Nous, nous disons qu'il y a une norme: on naît garçon ou fille et on réfute qu'on ait le choix de son genre", estime Claude Berruer.

La CNACF, qui a étudié sur deux manuels, dénonce sur son site Internet un programme de classe de première offrant "un panorama de la sexualité morbide et mortifère (contraception et contragestion) sans aucune ouverture vers la relation, l'amour de l'autre, le don de soi et l'ouverture à la vie".

Une théorie née dans les années 70

La théorie du gender est apparue aux Etats-Unis dans les années 70 sous la plume de Judith Butler. Son livre intitulé Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion a été traduit en français en 2005.Pour Judith Butler, le sexe est une construction sociale et culturelle au service de la domination de l’homme sur la femme, au delà des seules différences biologiques.

Aux Etats-Unis, plusieurs universités prestigieuses financent des départements ou des chaires professorales consacrés à ce champ de recherche.