Paris truqués : les Karabatic crient au complot

  • A
  • A
Paris truqués : les Karabatic crient au complot
La star du handball français Nikola Karabatic, et son frère Luka, sont attendus lundi au tribunal de Montpellier pour être entendus par le juge d'instruction dans l'affaire des soupçons de paris frauduleux.
Partagez sur :

A l'issue de son audition lundi, Nikoka Karabatic a dénoncé une "manipulation de l'opinion publique".

L’INFO. Luka est sorti du bureau du juge, Nikola a pris sa place. Les frères Karabatic ont été une nouvelle fois entendus lundi au tribunal de Montpellier par le juge d'instruction dans l'affaire des soupçons de paris frauduleux à l'occasion du match entre Cesson et Montpellier, le 12 mai 2012. Leurs compagnes, Géraldine Pillet et Jennifer Priez, ont été également convoquées lundi par le magistrat instructeur.

Karabatic dénonce une manipulation. Après avoir été entendu pendant une heure et demie, la star du handball français Nikola Karabatic a dénoncé lundi une "manipulation de l'opinion publique",. Interrogé par les journalistes, le joueur, qui a déjà été entendu deux fois auparavant, a expliqué qu'on lui avait posé les mêmes questions, notamment celle portant sur la présence de sa compagne Géraldine Pillet à ses côtés le jour des paris.

Les smartphones passés au crible. Les nouveaux éléments apportés par les enquêteurs de la Brigade des jeux de la Direction centrale de la police judiciaire étaient au menu de ces rendez-vous. Et notamment un rapport dans lequel il est souligné que les téléphones mobiles de Nikola Karabatic et Géraldine Pillet ont émis le jour des paris depuis des zones de couverture distinctes. Ils ne pouvaient donc pas se trouver au même endroit au moment de la consultation des cotes de paris, le matin du match. Or, depuis le début de l'affaire en octobre 2012, Géraldine Pillet endosse toute la responsabilité et affirme avoir utilisé le téléphone de la star du handball français.

Une expertise "non fiable". "Mes avocats ont démontré aux juges que c'était tout à fait faux et que cette information a été utilisée, une nouvelle fois, pour manipuler l'opinion publique", dénonce Nikola Karabatic sur Europe 1 à sa sortie du bureau du juge. "Nous avons démontré l'absence totale de fiabilité des bornes téléphoniques en milieu urbain. Cela veut dire que le même téléphone, au même endroit, peut déclencher jusqu'à 22 cellules différentes. Et c'est sur cette base là que les enquêteurs se permettent de déclarer, dans la presse ou ailleurs, que les joueurs sont ficelés", ajoute son avocat Me Jean-Robert Phung.

Un expert a analysé le match. Autre thème et non des moindres, le pré-rapport d'expertise de Pierre Sallet. Ce spécialiste a étudié le comportement des joueurs pendant le match perdu (31-28) par Montpellier Agglomération Handball(MAHB) et a conclu à "des carences volontaires du niveau de jeu", sauf de la part du capitaine Michaël Guigou. 

>> A LIRE AUSSI : Un expert valide la tricherie

mickael robin gardien de but handball montpellier MAXPPP 930620

© MAXPPP

Mickaël Robin également entendu. Les frères Karabatic n'étaient toutefois pas sur le terrain le jour du match incriminé. Ce n'est pas le cas du gardien Mickaël Robin, qui sera lui entendu avec son ex-femme mardi, et dont la performance est mise en cause (35% de tirs arrêtés). "Mon client n'a rien à se reprocher. Il n'a pas parié", a fait valoir son avocat. "Sa prestation? Ce sont des considérations techniques, il s'en expliquera", a-t-il ajouté.

>> A LIRE AUSSI : Karabatic a-t-il menti ?

Les joueurs campent sur leur défense. Pour les avocats de la défense, ce nouveau tour de piste judiciaire n'altère d'ailleurs pas la ligne de défense. Nikola Karabatic comme Mickaël Robin campent ainsi sur leur ni-ni : ni pari ni trucage. Luka, lui, admet seulement avoir parié. "C'est l'ultime turbulence. Les paris ne posent plus de difficultés et le truquage reste dans toute son incertitude", affirme Me Jean-Robert Phung, défenseur des Karabatic, rappelant qu'on reproche à Luka et Nikola d'avoir influencé un match qu'ils "n'ont pas joué".  Quant au problème de géolocalisation des téléphones, selon lui, il n'existe pas. Et il dit pouvoir le démontrer, fadette à l'appui.

88.000 euros de paris. Dans cette affaire, treize personnes, soupçonnées d'avoir parié quelque 88.000 euros sur le score à la mi-temps (12-15) du match ont été mises en examen pour escroquerie ou complicité d'escroquerie, dont sept joueurs de Montpellier. Cinq d'entre eux ont quitté le club, parmi lesquels Luka Karabatic qui a rejoint Aix-en-Provence, et surtout l'emblématique Nikola qui après un passage de cinq mois à Aix-en-Provence, vient de signer au FC Barcelone.