Paris scruté par les caméras

  • A
  • A
Paris scruté par les caméras
Fin 2011, les forces de l'ordre devraient avoir accès à plus de 13.000 caméras sur Paris.@ REUTERS
Partagez sur :

Le plan de vidéosurveillance va relier 13.000 caméras de surveillance publiques et privées.

PVPP. Derrière ce sigle, qui signifie “plan de vidéoprotection pour Paris“, se cache le dispositif de vidéosurveillance dont la capitale est en train de s’équiper. Ce plan vient de franchir une nouvelle étape puisque les vingt commissariats d'arrondissement de la ville sont entrés dans une phase de travaux d’aménagement pour mettre en place dans chaque bâtiment une salle dédiée, selon Le Figaro.

Ce projet de vidéosurveillance, dont la facture devrait avoisiner les 200 millions d’euros, s’articule principalement autour de l’installation de 1.000 caméras. La capitale dispose actuellement de 400 caméras de surveillance installées dans l’espace public.

Un accès aux autres réseaux de surveillance

Jusqu’à présent, seuls les policiers de la préfecture de police de Paris, située sur l'île de la Cité, pouvaient avoir accès aux caméras installées dans l’espace public.

Outre l’installation de nouvelles caméras, le “plan de vidéoprotection pour Paris“ introduit une nouveauté de taille : l’accès des policiers et des services de renseignement aux réseaux de caméras installés par la SNCF et la RATP, mais aussi à ceux de grands magasins (Printemps, Forum des Halles) ou d’importants bâtiments (Stade de France, Parc des Princes, etc). Au total, les forces de l’ordre devraient pouvoir se connecter à plus de 13.000 caméras.

Des données stockées et analysées

“Tout pourra être conservé en mémoire pendant un mois dans des armoires pleines de disques durs. Car aussi étonnant que cela puisse paraître, aucune séquence filmée par l'actuel réseau des 400 caméras de surface de Paris ne peut pour l'instant être enregistrée“, précise Le Figaro.

Outre cet archivage, les policiers vont aussi être équipés d’un logiciel de traitement et d’analyse pour les aider dans leur travail. Le logiciel va être conçu par la société Iris. Le nouveau système de vidéosurveillance devrait être opérationnel fin 2011 ou début 2012.

Outre les forces de l’ordre, les services de renseignement et les pompiers devraient avoir accès à ce réseau de surveillance.