Parents battus : "Parfois, il sortait des couteaux"

  • A
  • A
Parents battus : "Parfois, il sortait des couteaux"
@ MAXPPP
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE E1 - Europe 1 s'est rendu dans un centre d'appels d'aide aux parents victimes et leurs enfants, et y a rencontré une mère, victime.

LE TÉMOIGNAGE.  Des parents battus par leurs enfants. : c'est un sujet encore tabou en France et il n'existe pas à ce jour de chiffres officiels permettant d'en quantifier l'ampleur. La plateforme téléphonique d'aides aux victimes d'infractions 08VICTIMES constate une recrudescence de témoignages d'adultes violentés par leur progéniture. Le mal commence souvent par des insultes puis par des violences physiques jusqu'aux menaces de mort. Europe 1 s'est rendu dans ce centre d'appels et a rencontré une mère elle-même victime de violences.

 "Il m'a tordu le bras et m'a étranglé". Pour Sylvie, le calvaire a commencé après son divorce. Elle se retrouve alors seule avec son fils de 16 ans. Mais petit à petit, l'adolescent prend l'ascendant. Après les insultes, sont venus les coups.

"Quand j'étais à la maison, je ne savais pas ce qui allait se passer. Je gardais mes clefs sur moi, je gardais mon sac et mon téléphone avec moi quand j'allais me coucher", livre-t-elle au micro d'Europe 1. "Parfois, il sortait des couteaux et il me secouait. Il m'a tordu le bras et m'a étranglé", raconte encore Sylvie, qui pourtant refuse de poursuivre son fils en justice. "Lors de ma dernière main-courante au commissariat, on m'a invité à déposer plainte. Mais je suis sa mère : je ne peux pas. Je ne ferai qu'une main-courante. C'est toujours mon enfant". Porter plainte, une barrière qu'elle s'est toujours refusée de franchir, quitte à sortir de chez elle "les pieds devant", selon ses propres mots.

Un phénomène difficile à quantifier. Il y a quelques années, la plateforme 08VICTIMES ne recensait que quelques appels par mois d'adultes victimes de la violence de leurs enfants. Aujourd'hui, ce sont 4 à 5 appels par semaine qui concerne cette dérive. Sept jours sur sept, des "écoutants", comme Sylvain, essaient d'orienter ces parents. "Cela fait dix ans que je travaille sur la plateforme. D'années en années, le phénomène a pris de l'ampleur", raconte-t-il au micro d'Europe 1. "Ils peuvent avoir honte parce qu'ils sont dépassés par leurs propres enfants. Ils peuvent avoir peur et être en colère. Il y a des sentiments très forts à gérer en même temps", confie Sylvain. 08VICTIMES vous écoute au 08.842.846.37, 365 jours par an, de 9 h à 21 heures.