Où trouve-t-on l'amour ?

  • A
  • A
Où trouve-t-on l'amour ?
@ MaxPPP
Partagez sur :

Les bancs de la fac et les soirées entre amis ont supplanté le bal des années 70, selon l'Ined.

Où les Français rencontrent-ils leur premier partenaire sexuel et leur premier conjoint ? Les sociologues Michel Bozon et Wilfried Rault de l'Institut national d'études démographiques (Ined) se sont penchés très sérieusement sur la question en s'appuyant sur une enquête réalisée en 2006 auprès de plus de 12.000 personnes. Après avoir constaté que le premier partenaire sexuel est moins souvent le premier conjoint (c'est le cas pour 19% des femmes et 10% des hommes nés entre 1981 et 1988, contre respectivement 68% et 34% de ceux nés entre 1936 et 1945), les auteurs ont comparé les lieux de rencontre et livrent leurs principales conclusions dans une étude publiée jeudi.

#Les hommes vivent sur Mars, les femmes sur Vénus

La rencontre du premier partenaire sexuel se fait dans des lieux peu diversifiés. Les études sont la première occasion de rencontre (39% des hommes et 25% des femmes), suivies par les soirées entre amis (10% des hommes et 15% des femmes). A noter qu'une différence persiste entre hommes et femmes : ces dernières ont plus fréquemment rencontré leur premier partenaire dans des lieux privés, comme des soirées entre amis et le voisinage, et ont aussitôt plus souvent vu leur nouvelle relation comme durable. Les femmes continuent d'avoir de fortes attentes, souligne Michel Bozon, un des auteurs de l'étude, même si le début de leur vie sexuelle et de leur vie en couple ne coïncident plus comme dans les années 60. "Elles sont incitées à prendre au sérieux la rencontre du premier partenaire, qui doit être un partenaire amoureux. Cela les différencie des hommes, qui peuvent considérer leur premier rapport comme une expérience individuelle, qui a moins de conséquences."

# Les bals n'ont plus la cote

Depuis les années 60, les lieux de rencontre du premier conjoint ont bien changé. Alors que les bals étaient le lieu de formation de 25% des couples il y a cinquante ans, ils ont quasiment disparus aujourd'hui. Ils ont été, un temps, partiellement remplacés par les boîtes de nuit, mais celles-ci ont également perdu du terrain. Les rencontres dans le cadre familial et dans le voisinage ont, elles aussi, décliné. En fait, les principaux lieux de rencontre du premier conjoint sont aujourd'hui les soirées entre amis (18% des hommes et femmes) et les études (14% des femmes, 15% des hommes). "Tendance amorcée dès l’après-guerre, les rencontres se font de moins en moins sous le regard des aînés – des parents en particulier – au profit des lieux de sociabilité 'horizontale', c’est-à-dire entre pairs", note l'étude.

# Le diplôme, ça compte

La durée des études influence naturellement les lieux de rencontre : 27% des hommes et 26% des femmes qui ont obtenu un diplôme supérieur au baccalauréat rencontrent leur premier conjoint dans un cadre scolaire, contre 6% des hommes et femmes sans diplôme ou titulaire d'un CAP. Pour ces derniers, les lieux publics, notamment dansants, sont les lieux de rencontre les plus fréquents.

# Internet, un mirage ?

 L'étude souligne un paradoxe : "Alors qu'un tiers des jeunes disent s'être inscrits à un moment donné à un site de rencontre, ils ne sont que 1 à 2% à dire qu'ils ont rencontré un premier partenaire sexuel ou un premier conjoint de cette manière." Parmi les explications avancées par Michel Bozon, il note que "l'étude porte sur les jeunes, qui ont beaucoup d'occasions de rencontres, et pas par exemple sur des personnes de 40 ans qui chercheraient à se remettre en couple." Le sociologue ajoute : "Il est possible que dans les années à venir, les inscriptions sur les sites de rencontre continuent à augmenter. Mais il n'est pas sûr que les 'rencontres durables' augmentent dans les mêmes proportions."