Otage au Nigéria : "libérez mon mari"

  • A
  • A
Otage au Nigéria : "libérez mon mari"
@ Max PPP
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE E1 - La femme de Francis Collomp, retenu depuis cinq mois, est favorable à une rançon.

Cinq mois après l'enlèvement de Francis Collomp au Nigeria, sa femme, Anne-Marie Collomp est reçue jeudi au ministère des affaires étrangères. Son mari a été enlevé le 19 décembre 2012, dans le nord du Nigeria, par une trentaine d'hommes armés. Ils avaient attaqué la résidence de la société pour laquelle il travaillait, dans l'Etat de Katsina, frontalier du Niger, tuant deux gardes du corps et un voisin. Le jour de son enlèvement, cet ingénieur fêtait ses 63 ans.

>> A écouter - "Le Quai d'Orsay essaie de nous rassurer"

"Je suis inquiète". "Ils ont retrouvé la valise de mon mari, ils ont  retrouvé sa valise avec ses deux sacs de médicaments dedans. C'est quelqu'un de très malade, je suis inquiète", s'alarme Anne-Marie Collomp au micro d'Europe 1. Et depuis l'échec sanglant d'une opération pour libérer un autre otage en Somalie en janvier dernier, Anne-Marie Collomp vit encore plus dans l'angoisse.

"C'est quelqu'un de très malade" :

"Payer une rançon, pourquoi pas". En février dernier, cette dernière a toutefois pu visionner une vidéo enregistrée par les ravisseurs de son mari peu après l'enlèvement. Dans ce document parvenu aux autorités françaises fin décembre, l'ingénieur français s'adresse au président François Hollande. Cette fois, c'est sa femme qui interpelle les autorités françaises et demande au gouvernement de payer une rançon.

"Payer une rançon, pourquoi pas. Ce sont des humains, ils n'ont pas de prix. On ne va pas les faire tuer, eux, les innocents, pour ces gens-là. Les personnes qui ont été prises en otage étaient parties travailler. Libérez mon mari, quel que soit le prix", implore-t-elle.

>> A lire - Une vidéo de l'otage français au Nigeria

"Je me demande comment il tient". Récemment, elle a pu rencontrer l'ancien otage Cyril Moulin Fournier, retenu en captivité deux mois au Nigéria avec quatre autres membres de sa famille et libéré en avril dernier. "Je vois que c'est très difficile, il ne s'est pas remis encore, il n'a pas repris le travail. S'il est encore dans cet état là, je pense à mon mari, comment, sera-t-il lui ? Après cinq mois ? Encore, eux, ils étaient en famille, alors que mon mari, lui, est seul, il a personne. Je me demande comment il tient", commente-t-elle.