O. Duhamel : "Dieudonné est passé sur le terrain raciste et antisémite"

  • A
  • A
O. Duhamel : "Dieudonné est passé sur le terrain raciste et antisémite"
Olivier Duhamel@ DR
Partagez sur :

VOTRE CHOIX D’ACTU DU 30 DECEMBRE - Faut-il interdire les spectacles de Dieudonné ou au contraire qu’il conserve sa liberté d’expression ?

Chaque jour avec "Votre choix d’actu", Europe 1 vous propose de définir un thème qui sera approfondi dans Europe midi - Votre Journal animé par Wendy Bouchard. Dès 9h, rendez-vous sur la page d’accueil d’Europe1.fr pour voter. Vous pouvez le retrouver sur www.europe1.fr/Info/Votrechoixdactu

>>>Lundi 30  décembre, vous avez été 76% à faire "Votre choix d’actu"  sur l’interdiction des spectacles de Dieudonné. Vendredi dernier, Manuel Valls, ministre de l’Intérieur a annoncé "examiner toutes les possibilités juridiques d’interdire les spectacles et les réunions publiques de Dieudonné". Le président de la République a apporté son soutien à son ministre de l’Intérieur.

Selon Olivier Duhamel, éditorialiste, Manuel Valls agit "bien et mal". En effet, il explique que le fait "d’attirer l’attention sur une situation grave" est "nécessaire" . Cela permet à ses soutiens d’être "éclairés" sur les attentions de l’humoriste. En revanche, il est opposé à l’interdiction de ses spectacles, ce qui serait "porter une atteinte grave à la liberté d’expression". Olivier Duhamel rappelle qu’on ne peut "interdire avant, mais on punit après". L’éditorialiste assène : "j’exècre l’antisémitisme, donc j’exècre Monsieur Dieudonné, mais il ne faut pas l’interdire".

Humoriste ou politique ? Olivier Duhamel considère que l’humoriste a clairement investi le terrain politique : "il prétend faire de l’humour, mais il utilise cet humour clairement pour s’en prendre aux Juifs". Il va même plus loin en affirmant que "non seulement il est passé sue le terrain politique mais il est passé sur le terrain raciste et antisémite". Selon lui, "les humoristes ont le droit de faire de la politique", en revanche, "ils n’ont pas le droit d’inciter à la haine raciale".