Nouvelles expulsions vers la Roumanie

  • A
  • A
Nouvelles expulsions vers la Roumanie
@ REUTERS
Partagez sur :

Un ministre roumain, en visite à Paris, met en garde contre une dérive "vers le racisme et la xénophobie".

En pleine visite de deux ministres roumains à Paris, la France a renvoyé jeudi, par avion, deux nouveaux groupes de Roms vers Bucarest. Après une série de vols médiatisés la semaine dernière, deux avions, ont donc décollé à la mi-journée de Roissy-Charles de Gaulle et de Lyon pour atterrir dans l'après-midi à Bucarest. Au total 284 Roumains sont sortis de l'aéroport de Bucarest-Aurel Vlaicu, selon des chiffres de la police roumaine des frontières.

Pour beaucoup de Roms, le retour à la case départ, c'est le désarroi. C'est le cas de Ion Stancu, âgé de 52 ans."Je n'ai pas trouvé de travail pendant trois mois, alors j'ai préféré rentrer", explique-t-il. "Mais mon Dieu, qu'est-ce que je vais faire maintenant pour pouvoir vivre avec mes huit petits-enfants ?", ajoute-t-il, les larmes aux yeux. Pour les uns, expulsion ou aide au retour de 300 euros par adulte et 100 par enfant en poche : ils n'ont pas hésité. "On a décidé de partir", témoigne un jeune homme père d'un enfant en bas âge né à Lyon. D'autres se voient dans quelques jours de retour en France. C'est le cas notamment d'une femme âgée d'une trentaine d'années qui assure qu'elle a "hâte de retourner en France".

Mercredi, le ministre français de l'Immigration, Eric Besson, a annoncé une "accélération des reconduites de ressortissants bulgares et roumains". Avec les vols de ce jeudi, ce seront 8.313 Roumains et Bulgares qui auront été raccompagnés, en grande majorité "de manière volontaire", depuis le 1er janvier, contre 9.875 pour l'ensemble de l'année 2009, selon Eric Besson.

Mise en garde roumaine

En visite à Paris, un ministre roumain a mis en garde jeudi contre une dérive vers le racisme et la xénophobie, dans le contexte des expulsions de membres de cette communauté décidées par Paris. "J'ai insisté auprès des autorités françaises pour qu'il y ait une meilleure communication sur ce sujet, afin d'aider la société civile française à avoir une meilleure compréhension de la situation" des Roms, a-t-il assuré.

"Beaucoup de gens en Roumanie sont inquiets que l'on puisse croire dans la possibilité de résoudre le problème par des actions pouvant dégénérer dans le racisme et la xénophobie", a-t-il ajouté, en marge d'entretiens avec des responsables français.

Une majorité favorable aux reconduites

Selon un sondage CSA pour le Parisien, 48% des Français se disent favorables aux reconduites de Roms. D'après cette étude, 42% des Français sont, en revanche, opposés à ces renvois, tandis que que 10% des personnes interrogées ne se prononcent pas.

Les mesures d'expulsions recueillent 70% d'opinions favorables chez les sympathisants de droite, jusqu'à 83% parmi les sondés proches du Front national, et seulement 29% chez les sympathisants de gauche. Parmi ces derniers, 61% des personnes interrogées se disent opposées aux reconduites de Roms.