Nouvelle mise en examen pour Maistre

  • A
  • A
Nouvelle mise en examen pour Maistre
Patrice de Maistre a un nouveau rendez-vous avec la justice, cette fois-ci dans le cadre de l'affaire de la Légion d'honneur décernée par Eric Woerth.@ MAXPPP
Partagez sur :

L’ex-gestionnaire des Bettencourt est accusé de "trafic d'influence" dans l'affaire de Légion d'honneur.

Abus de faiblesse, abus de confiance, abus de biens sociaux, escroquerie aggravée, blanchiment d’argent… et désormais trafic d’influence : Patrice de Maistre collectionne les mises en examen et la liste ne cesse de s’allonger. La dernière en date concerne l'affaire dite de la Légion d'honneur.

L'ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt a ainsi été officiellement mis en examen mardi, soupçonné par le juge d'instruction Jean-Michel Gentil de "trafic d'influence actif" en raison de ses rapports avec l'ancien ministre Eric Woerth.

La justice soupçonne un échange de bons procédés

Ecroué depuis le 23 mars dans un autre volet de l’affaire Bettencourt, Patrice de Maistre est mis en cause pour avoir embauché en 2007 l'épouse d'Eric Woerth dans sa société de gestion de patrimoine, Clymène. Devenu ministre du Budget, Eric Woerth lui a ensuite remis personnellement la Légion d'honneur en 2008.

Pour les enquêteurs, cette embauche et cette décoration officielle pourraient être liées, d’autant que Patrice de Maistre était membre du club des donateurs fortunés de l'UMP, le "Premier cercle". De plus, ce dernier s’occupait personnellement des dons de Liliane Bettencourt en faveur du parti politique d’Eric Woerth et de Nicolas Sarkozy.

Woerth dément, Maistre parle de "faire plaisir"

Eric Woerth, de son côté, a toujours affirmé qu’il avait soutenu la demande de Légion d’honneur de Patrice de Maistre comme il le faisait pour une multitude d’autres personnes. Une argumentation qui n’a pas convaincu la justice puisque l’ancien ministre du Budget a lui-même été mis en examen le 8 février pour "trafic d'influence passif".

Du côté de Patrice de Maistre, les enquêteurs disposent d’un élément supplémentaire : sur des enregistrements pirates réalisés par le majordome de la famille Bettencourt, on peut l'entendre dire à Liliane Bettencourt qu'il avait embauché la femme d'Eric Woerth pour "lui faire plaisir". Une amabilité pas si anodine puisque cette dernière percevait tout de même 200.000 euros par an. Résultat, il est donc mis en examen pour trafic d’influence, mais cette fois-ci qualifié "d’actif".

Les deux hommes sont par ailleurs dans le viseur de la justice pour financement présumé frauduleux de la vie politique, et notamment de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2007. Patrice de Maistre a déjà été mis en examen dans cette autre affaire et entendu lundi puis mardi.

>> Qui est soupçonné de quoi dans les volets de l'affaire Bettencourt ?

>> Vous avez raté un épisode de la tentaculaire affaire Bettencourt ?